Réunion

Publié le 25 février 2021 | par Labo Des Histoires

0

Le flambeau

Raphaëlle Aho, Volontaire en Service Civique, quittera bientôt le Labo des histoires Réunion pour d’autres horizons, tandis que Malo Guihard vient de commencer sa mission. A l’occasion de leur rencontre, ils se sont mis au défi d’écrire une histoire en deux jours, symbolisant leurs missions et leur passage de flambeau. La fièvre de l’écriture s’empare de tou.te.s au Labo des histoires !

Retrouvez leurs portraits après le récit. Bonne lecture…

Le Flambeau, prologue

En 2KXXI, dans un monde parallèle au nôtre, plane une guerre sans merci au sujet de l’écriture. Deux partis s’opposent ; le régime impérial « Le Chapelier », imposant un mode d’écriture restreint qui, au fil du temps, a supprimé des mémoires toute écriture créative, et la résistance, « le Labo des histoires » souhaitant créer une utopie littéraire.
Le 15 Février 2KXXI, l’Antenne Nationale du Labo des histoires, située dans la Cité-état de Canva, apprend que le Ministre de Le Chapelier a ordonné la destruction de tous les écrits créatifs qui pourraient subsister, et lance un message général à ses antennes. Leur mission consiste à ramener les recueils d’écriture créative qu’elles ont rassemblées au fur et à mesure des années pour les préserver. Ces recueils, composés de plusieurs milliers de textes de Laborantin.e.s dans des ateliers d’écriture clandestins, sont une unique chance de prouver au monde entier que l’imagination et la créativité sont intactes, et qu’il est possible à tou.te.s d’écrire des histoires.
Le régime Le Chapelier, au courant des agissements du Labo des histoires, décide d’envoyer son armada afin d’empêcher les Antennes de rejoindre le National. Sur les 12 Antennes, seule celle du Labo des histoires Réunion reste en course dans cette ultime mission.

Chapitre I

Le fracas et les cris raisonnaient tel une musique stridente. A chaque explosion, les sons s’intensifiaient, produisant un rythme saccadé. Le tableau de bord clignotait de tous côtés à une vitesse hallucinante, à l’image d’un arbre de Noël devenu fou.
Ce 19 Février 2KXXI, le réacteur 3 du vaisseau du Labo des histoires Réunion implosa. L’Amirale Chrismona, chargée de livrer le recueil contenant plus de 20 000 histoires imaginaires  ne céda pas à la panique et envoya son Lieutenant Volontaire Mahona dans une navette afin de sauver le livret. Mahona n’eut le temps de jeter qu’un court regard en arrière, sur la triste vision du vaisseau qui sombrait dans les profondeurs de ce qu’on surnommait « Les limbes de papier ».
Des larmes vinrent sans prévenir glisser sur ses joues et troubler sa vue. La cime d’un arbre arrêta net la course de Mahona. S’ensuivirent un impact puissant, quelques loopings et l’arrêt définitif de la navette. La fatigue, le stress et le trauma de l’atterrissage lui firent fermer petit à petit ses paupières. « Serait-ce la fin ? » se demanda-t-elle.

Chapitre II

Au réveil, une odeur de soufre et de terre brûlée accompagnait sa migraine. Quelques secondes lui suffirent à déterminer sa position, ses yeux brumeux s’éclaircissirent petit à petit pour laisser place à une vue claire sur une demi-douzaine de stèles et un squelette en redingote qui leur tapait la causette. Mahona resta bouche bée. « Un squelette qui parle ? Je dois rêver ! » 
Sur ces mots, le squelette approcha à grande vitesse de Mahona qui se mit sur ses gardes ; les deux protagonistes restèrent immobiles dans un face-à-face tendu. Mahona préparait une défense quand, sans prévenir : « Je m’appelle Mack ’Lo Skillington, je vais te conter une histoire magnifique qui… bla, blabla bla… ». Mahona n’en revenait pas, ce squelette n’était pas une menace, mais un formidable conteur.
Elle se mit à écrire cles histoires que Mack’Lo racontait, pour qu’elles ne sombrent pas dans l’oubli. 
Mack’Lo fut pris d’enthousisasme en la voyant tracer tous ces symboles. Quoi ? On pouvait garder une trace de ses histoires ? Mahona comprit alors qu’il ne connaissait en rien l’écriture, et entreprit de la lui apprendre.

Chapitre III

Deux semaines suffirent à Mahona pour se remettre d’aplomb et à Mack’Lo d’en apprendre un maximum sur le Labo des histoires et Le Chapelier, qui, en définitive, consiste à cataloguer comme Anomalie toute personne utilisant un style littéraire créatif. Une solution simple et efficace pour contrer ce problème : la suppression.
Mentalement préparés, nos deux héros quittèrent le cimetière et se mirent en route pour le National. Quelques heures à peine après leur départ, des centaines de vaisseaux du Chapelier débarquèrent de tous horizons et les encerclèrent. Pris au piège et incapables de trouver une échappatoire, ils se firent arrêter et fouiller, le recueil fut brûlé sous leurs yeux. La jeune femme et le squelette bouillonnaient de rage de ne rien pouvoir y faire. Considérés comme des parias à l’ordre établi, nos deux protagonistes furent envoyés dans la métropole du régime afin d’y être exécutés en public, pour l’exemple.

Chapitre IV

La foule beugle, braille et hurle sur Mahona et son compagnon. Le son des cloches retentit, puis, le silence. L’heure fatidique ne va pas tarder, un fonctionnaire obèse du régime prend la parole et énonce la longue liste de crimes commis par Mahona, qui n’écoute pas.
Son regard est perdu dans le soleil levant, et, plus précisément, sur l’ombre qui grandit aussi vite que le soleil rapetisse. Un mélange de doute et d’appréhension s’immiscent dans son esprit « Je dois être en train de rêver. » se dit Mahona, pensant à un mauvais tour que lui jouerait son esprit.
Non, Mahona ne rêve pas, le vaisseau Labo des histoires Réunion est bel et bien là, fonçant sur la métropole à toute vitesse. Une fois proche de la foule, le vaisseau ouvre ses trappes, laissant échapper des millions et des millions d’histoires aux yeux de la métropole toute entière, que l’assemblée se mit à attraper et à lire.  
Certains pleuraient, d’autres riaient… Le monde eut enfin les preuves que le régime Le Chapelier ne prônait pas une juste cause.
Mack’Lo profita de cette diversion pour se déboîter les mains afin de libérer Mahona de ses chaînes. Le vaisseau du Labo des histoires Réunion envoya une corde pour permettre à nos héros de s’extirper de la potence.
Sous un lever de soleil clair et puissant, la danse des histoires au vent forme la plus belle des victoires.

Epilogue

Mack’Lo et Mahona apprirent que le sombrage du vaisseau du Labo des histoires Réunion permit de recueillir des milliards d’histoires dans « les Limbes de papier ». Un telle découverte, ne pouvant être niée par le régime, fit renaître le monde littéraire. La loi imposée par le régime Le Chapelier fut éradiquée et remplacée par le gouvernement Loi 1901. La créativité reprit enfin la place qu’elle méritait.
Ayant réussi sa mission, Mahona quitta le Labo des histoires Réunion et devint Volontaire de Solidarité Internationale à l’étranger. Mack’Lo remplaça Mahona au sein de l’antenne du Labo des histoires Réunion aux côtés de l’Amiral Chrismona, et poursuivit  sa mission de développement de l’écriture créative chez les jeunes.


Portraits de Raphaëlle et Malo.

Peux-tu te présenter rapidement ?
Raphaëlle Aho, 23 ans. J’ai effectué une Licence d’anglais et une Licence de communication à l’Université de La Réunion avant de poursuivre mon cursus en Master Français Langue Etrangère à l’Université d’Artois. Ma mission en tant que volontaire en Service civique au Labo des histoires Réunion prend (malheureusement) fin.

Une qualité, un défaut ?
Je suis très – voire trop – souriante et parfois trop honnête.

Quel est ton rêve le plus fou ?
Je partage le même rêve que beaucoup d’autres personnes : faire le tour du monde.

Qu’est-ce qui te plaît dans le Labo des histoires ?
Une de mes plus grandes fiertés est d’avoir été témoin de l’engagement de l’association et de ses intervenant.e.s auprès de la jeunesse réunionnaise. Pouvoir contempler sur le visage de nos Laborantin.e.s l’accomplissement d’un effort, leur esprit créatif qui se manifeste ainsi que leur progression fait de moi une réelle ambassadrice de ces actions menées sur toute l’île. 

C’est quoi une mission de Volontariat pour toi ?
Je résumerai ma mission en trois mots : partage, tolérance et engagement.

Peux-tu me citer un livre qui t’a marqué et pourquoi ?
La nuit des temps de René Barjavel. Ce livre m’a fait voyager par ses mots et son histoire émouvante à travers un univers de science-fiction.

Est-ce que tu aimes écrire ? Si oui, quels sont les sujets de prédilection ?
Pour être honnête, mon ordinateur a pris la place des feuilles en papier. L’écriture n’a plus la même place dans ma vie qu’il y a quelques années où mes journaux intimes ne laissaient pas de place au blanc.

Une citation ? Un proverbe ?
Dann oui na pwin batay (Traduit du créole réunionnais : Il est facile de dire oui pour éviter la discussion).

Si tu avais l’occasion de dire quelque chose aux jeunes, qu’est-ce que tu dirais ?
Sortez de votre zone de confort.

_________________

Peux-tu te présenter rapidement ?
Je m’appelle Malo Guihard, j’ai 21 ans. Je commence tout juste ma mission en tant que volontaire en Service civique au Labo des histoires Réunion. Concernant mes passions, j’aime regarder des animés. L’écriture me procure du plaisir. J’ai écrit beaucoup de textes, avec plusieurs fois l’envie d’écrire des livres.

Une qualité, un défaut ?
Je suis bienveillant mais je cherche mes mots constamment.

Quel est ton rêve le plus fou ?
Mon rêve le plus fou serait d’être très riche voire milliardaire afin d’avoir les moyens de toutes mes ambitions !

Qu’est-ce qui te plaît dans le Labo des histoires ?
Il n’y a pas de règles, tu peux laisser libre cours à ton imagination et l’explorer comme bon te semble.

C’est quoi une mission de Volontariat pour toi ?
Pour moi le volontariat c’est en partie du donnant donnant. Par exemple, ici, l’association aide le Volontaire et le Volontaire aide l’association.

Peux-tu me citer un livre qui t’a marqué et pourquoi ?
Le grand cahier d’Agota Kristof. C’est le premier livre qui m’a procuré des émotions fortes.

Est-ce que tu aimes écrire ? Si oui, quels sont les sujets de prédilection ?
Oui j’aime écrire, mais je n’ai pas de sujets de prédilection particulier.

Une citation ? Un proverbe ?
Le monde de demain n’est pas pour aujourd’hui.

Si tu avais l’occasion de dire quelque chose aux jeunes, qu’est-ce que tu dirais ?
Ma plus grosse erreur a été d’arrêter d’apprendre. N’arrêtez jamais d’apprendre.


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter