Grand Est

Publié le 14 janvier 2021 | par Labo Des Histoires

0

Introspection et projet de vie

Récemment, la poétesse, plasticienne et danseuse Delfine Guy est intervenue à la Mission Locale du Bassin d’Emploi de Charleville-Mézières afin d’animer un stage d’expression personnelle mêlant écriture, improvisations théâtrales et graphisme. L‘objectif de ce projet, mené avec de jeunes adultes sortis très tôt du système scolaire, souvent sans diplôme, était de réfléchir sur la figure du mentor et son impact dans un parcours de vie, en particulier sur le plan professionnel.

Les premiers temps d’échanges ont rapidement permis, pour chacun, de décrire un éventuel mentor dans la sphère familiale ou privée, d’identifier les valeurs portées ou véhiculées par lui et de relever leur rôle dans le cadre des apprentissages, de la formation, de la quête ou de l’exercice d’un métier. Chacun était en mesure de se situer par rapport à cela, d’identifier des souhaits, des besoins, des empêchements, si bien que le groupe a pu rapidement dresser une liste de compétences, de qualités et de savoir-être nécessaires à l’épanouissement tant personnel que professionnel. Parmi ces mots-clefs, la confiance en soi est apparue à de nombreuses reprises.

La poursuite du projet s’est construite autour de cette notion d’estime de soi, en proposant des exercices mettant l’accent sur l’introspection, sur la bienveillance, sur l’écoute afin de lever les divers freins identifiés par les jeunes et par leurs conseillers de la Mission Locale. Les échauffements théâtraux proposés à chaque début d‘atelier, notamment une séance de compliments, avaient pour objectif de familiariser les jeunes avec l’observation bienveillante de l‘autre, la maîtrise de son corps dans l’espace, la conscience de sa posture, le fait de garder une certaine assurance face au regard d’autrui. Grâce à ces moments vécus par le groupe, des liens se sont tissés, la confiance s’est installée, les échanges se sont développés davantage, prendre la parole est devenu plus facile, et d’autres mots-clefs ont émergé.

Les dessins réalisés au moyen de l’encre visaient, quant à eux, à déverrouiller le mental, à le libérer, à se projeter hors des clichés ou des habitudes par le biais de la paréidolie. Travailler avec l’encre et l’eau a incité les jeunes à prendre le temps, à se calmer, à s’apaiser. Ce temps de création libre a permis aux participant·es de s’étonner, et a contribué à libérer la parole, à prendre du recul pour mieux se projeter dans l‘avenir.

C’est à partir de ces exercices collectifs que chacun s’est trouvé en mesure de créer des cartes mentales, d’identifier puis de lister ses points forts et ses pistes d’amélioration, pour enfin noter noir sur blanc le projet de vie qui allait être présenté aux conseillers le dernier jour.

Durant ce projet, chaque participant s’est senti respecté en tant qu’individu tout en appréciant et en tirant parti du travail d’équipe, de la cohésion du groupe, du potentiel décuplé par l’effet du collectif. Un jeune homme a même déclaré „Ce matin on ne se connaissait pas, et ce soir on forme une équipe et c’est comme si on se connaissait depuis toujours!“. Des tensions ont été pointées puis évacuées, et des motivations personnelles et professionnelles ont été clairement exprimées. Le travail se poursuivra entre les jeunes et leurs conseillers, qui auront pour mission de développer les compétences, les qualités et les savoir-être qui ont émergé lors de ces ateliers riches en émotions.


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter