Grand Est

Publié le 6 novembre 2019 | par Labo Des Histoires

0

Tournoi des Mots à l’hôtel de région de Metz

Mardi 5 novembre, l’équipe du Labo des histoires Grand Est, accompagnée de 3 intervenants artistiques, s’est rendue à l’Hôtel de Région de Metz pour organiser un Tournoi des Mots un peu spécial, pour le lancement du Mois de l’Autre. Cet évènement, qui s’est tenu simultanément à Strasbourg, Chalons-en-Champagne et Metz, a réuni dans cette dernière 150 jeunes, issus des lycées Georges de la Tour de Metz, La Providence de Thionville, La Communication de Metz, Poincaré de Nancy, Marguerite de Verdun, Julie Daubié de Rombas, Jean Macé de Fameck et Alain Fournier de Metz.

Après les discours de Jean Rottner, Président de la Région Grand Est, de Jean-Luc Bohl, Président de Metz Métropole, et de Jean-Marc Huart, recteur d’Académie, 18 lycéens répartis en 6 équipes se sont affrontées lors d’une compétition d’improvisation littéraire  sur la thématique de la lutte contre les discriminations. Inspirés par des citations de Voltaire et coachés par l’auteur-compositeur-interprète Emanuel Bémer, ou les slameurs Florian Hugnin et Frédéric Tiburce, les participants avaient trois minutes pour écrire un texte en suivant les contraintes indiquées : chaque équipe devait inclure dans son texte une phrase tirée des oeuvres Candide ou l’Optimisme ou Zadig ou la Destinée. Une fois le temps écoulé, les écrits étaient déclamés par les coachs slameurs, puis le public votait pour son texte préféré.

Les équipes des 8 lycées présents se sont affrontées jusqu’à ce que deux d’entre elles se démarquent et atteignent la finale : Les Pros et les HQL.

Se sont finalement Les Pros du lycée de la Providence de Thionville, coachés par Frédéric Tiburce, qui ont remporté la finale, avec seulement 3 voix d’avance sur les HQL.

Félicitations aux vainqueurs et à tous les participants ! Et un grand merci au Conseil Régional Grand Est qui nous a fait confiance pour animer cette matinée!

Nous vous laissons maintenant découvrir les textes écrits par les jeunes :

Nous sommes juges avant de naitre

Nous jugeons sans le vouloir

mais pouvons nous en être maître

que l’on soit blanc rouge ou noir 

Les hommes jugent de tout sans rien connaitre 

Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable

Que de condamner un innocent 

C’est une idée insoutenable 

Pour la plus part des gens 

Vaut il mieux bruler un cartable qui n’a rien fait ?

Que d’allumer un bâton d’encens bel et bien coupable 

D’avoir propager un incendie

La justice est implacable 

On préfère l’innocence en prison 

Et le coupable chez Aldi

les plus implacables haines n’ont pas souvent des fondements plus importants 

C’est tellement plus facile de haïr que d’essayer de comprendre 

C’est toujours plus facile d’éliminer plutôt que d’aimer 

L’histoire nous l’a prouvé

Le fond du cœur est pire que notre âme 

C’est plus difficile d’entretenir une flamme 

Que d’éteindre un brasier

Les hommes ne sont faits que pour se secourir les uns les autres 

Ils préfèrent se sauver eux-mêmes avant d’aider le monde

Les problèmes des gens importe peu 

La haine et la violence règne dans l’esprit des plus faibles 

Les biens de la terre sont communs a tous les hommes chacun y a un droit égal 

Bien loin de là 

L’égalité n’est pas respectée car chaque homme apporte de la différence

Rien n’est égal dans tout ce qui nous entoure 

La richesse mal placée nuit a cette égalité 

Mon ami vous voyez comme les richesses de ce monde sont périssables il n’y a rien de solide que la vertu et le bonheur 

La richesse corrompt bien des esprits le matériel n’est qu’éphémère la bonté se trouve au fond du cœur l’argent n’est qu’un bien d’hypocrisie les plus riches sont souvent les plus tristes 

Les amis disparaitront a l’instant ou leur argent n’aura plus aucune valeur 

L’argent ne fait pas le bonheur 

Le cœur est le seul bien précieux. 

Les hommes ne sont faits que pour se secourir les uns les autres

Nous sommes réunis pour accomplir cette mission  

Notre différence fait notre force

Et notre force notre différence

J’utilise des mots dits forts et différents

Pour parler de maux forts et différents

Le racisme est là et bien présent

Faisons en sorte qu’il soit passé et non passif

Pour avoir un futur plaisant qui ne soit pas évasif

Nous devons le dépasser

Tel est notre rôle pour l’humanité

Nous ne devons pas tomber dans l’échec

Cette lutte est une partie d’échec

Le racisme doit trépasser 

Et ensemble nous pourrons y arriver

Les biens de la terre sont communs à tous les hommes
chacun y a un droit égal 

Si le pommier fait des pommes

La Terre crée des hommes

Ces hommes se doivent d’être égaux

De dépasser les idéaux

C’est pourquoi comme Arthur Rimbaud 

j’aimerais en faire mon féal

Pas de différence entre toi et moi

Mes propos te laissent en émoi

La couleur de peau on doit passer au-delà 

La religion on s’en fiche de ça 

On est tous dans le même combat

Et ce pendant tout un mois

Mais ça ne doit pas s’arrêter là

On doit pouvoir aller au-delà

Mon ami, vous voyez comme les richesses de ce monde sont périssables

Il n’y a rien de solide que la vertu et le bonheur

On n’emporte pas ses richesses quand on meurt

Mais on laisse un souvenir, un geste, un pleur

Je préfère mille fois partir dans la douleur

Que de laisser régner le malheur

Tenons nous la main

Empruntons tous le même chemin

Nous devons penser à demain 

Afin que notre avenir soit certain

Il n’y a point de hasard ; tout est épreuve, ou punition, pour récompense, ou prévoyance

Cela peut être le point de vu de certains hommes

Mais, il ne faut pas oublier d’où l’on vient, nos culture, nos religions

La chance existe par exemple, sans réussite nous ne pouvons point réussir

C’est évident que l’homme a son point de départ et son point d’arriver

Mais la trajectoire de son parcours peut être modifiée

Tel que les étoiles vagabondes.

Rare sont ceux qui s’expriment en bien des autres, 

Si l’un prend la parole ce sera soit pour critiquer, soit pour bâcher, pour juger

Mais cela n’est pas nécessaire a entendre pour l’autre

les gens se remplissent de pré-jugés, les gens parle sans savoir la passé d’autrui

le tristesse entraine le vice, le vice entraine la haine et cela se renferme dans un cercle vicieux.


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

  • Soundcloud