Grand Est

Publié le 8 mars 2019 | par Labo Des Histoires

0

Tolérance et migrations à Schiltigheim

Après les lycées professionnels de
Saint-Dié-des-Vosges,
de Thaon-les-Vosges et de Dombasle-sur-Meurthe, c’est au lycée Emile Mathis de
Schiltigheim que démarre le projet « Un slam pour la tolérance ». De
mars à juin, les 24 élèves de la classe de Première bac pro Commerce s’exprimeront
sur la thématique de l’altérité, du respect et de l’égalité à travers l’écriture
et l’interprétation de textes de slam, guidés par Florian Hugnin de l’association
Plus Oui Moins Non.

Les ateliers s’inscrivent dans l’évènement
« Le Mois de l’autre » porté par la Région Grand Est, ainsi que dans
une séquence sur les migrations durant laquelle les élèves ont découvert la
pièce de théâtre hongroise « Aller-retour », et ont rencontré un journaliste
syrien
qui a récemment fui son pays en guerre.

Mercredi 6 mars 2019 a eu lieu le
premier atelier, l’occasion pour Florian Hugnin de faire connaissance avec les
lycéens, d’instaurer un climat propice à la création et de poser les bases du
projet. En guise d’introduction, l’intervenant leur a fait découvrir les textes
« J’écris à l’oral »
de Grand Corps Malade, et « Gibraltar »
du strasbourgeois Abd Al Malik , puis a enchaîné avec une de ses propres
créations, « Le poids des regards », qui aborde le sujet du mal-être
adolescent et des moqueries incessantes des camarades. Enthousiastes, les
élèves se sont ensuite prêtés au jeu du théâtre d’improvisation, afin d’échauffer
leurs cerveaux, de tester leur spontanéité et leur logique.

Lors du premier exercice, les
élèves ont chacun dit un mot, en partant du terme « tolérance », et
en rebondissant sur ce qui a été dit précédemment, de façon à former une suite
logique : « Tolérance. Confiance. Partage. Repas. Manger. Dormir… »

Le second exercice, un peu plus
compliqué, consistait à  créer une
histoire collective : Un premier élève disait un mot. Le second devait
répéter ce mot, et y ajouter le sien. Un troisième élève répétait les 2 mots
précédents et y ajoutait un troisième. Et ainsi de suite jusqu’à créer des
phrases logiques.

Le but de ces exercices était
double, puisqu’il s’agissait également de montrer aux jeunes adultes l’importance
de l’écoute et de la bienveillance. « Le seul moyen pour découvrir l’autre,
c’est d’écouter ce qu’il a à dire ».

L’atelier s’est poursuivi par la
création, par chaque élève, d’un nuage de mots autour du terme « tolérance »,
puis par une mise en commun. Parmi les notions que les laborantins associent à
la tolérance, nous avions « Ne pas juger », « accepter l’autre,
ses différences, son avis, sa couleur, sa religion, son orientation sexuelle,
son origine », « amour », « compréhension », « vivre
ensemble » ou encore « humanité ».

Pour clore cet atelier, Florian
Hugnin leur a demandé de réfléchir à leur futur texte : l’histoire
sera-t-elle réelle ou fictionnelle ? Le ton sera-t-il humoristique,
dramatique, philosophique ? Sera-t-il écrit en prose ou en rime ?

Nous aurons la réponse très
bientôt, puisque le projet se poursuit jusqu’au 1er juin prochain.
Les laborantins déclameront leurs textes sur scène, devant un public, lors du
défilé ethnique organisé par le lycée.


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑