À lire

Publié le 27 août 2018 | par Labo Des Histoires

0

The International Congress of Youth Voices

Emma, une laborantine de 17 ans, a participé du 3 au 5 août au premier rassemblement international de jeunes écrivains à San Francisco.

Emma est une habituée du Labo des histoires, participante régulière des ateliers à Paris et chroniqueuse depuis plusieurs années dans l’émission « Les Enfants des Livres » sur France Info dans laquelle elle partage ses coups de cœur littéraires.

Au total, 100 jeunes ont été invités à cet événement et de nombreuses organisations ont été associées à l’identification des participants comme Marwa (Ministry or Stories, Royaume-Uni), Anika (Berättarministeriet, Suède), Beatrice (Children’s radio, Zambie) ou Jahid (Deep Center, USA).

Dave Eggers, fondateur du réseau 826National, est a l’initiative de cette rencontre réunissant également des auteurs comme Chimamanda Ngozi Adichie ou Khaled Hosseini.

Durant la conférence, les participants ont alterné entre des workshops en petit groupe, comme ici avec une journaliste syrienne et des conférences magistrales, comme ici sur le mouvement « Women’s March ».

Un partenariat avec le journal britannique The Guardian permet de diffuser les messages et écrits des participants afin qu’ils puissent être entendus du plus grand nombre. Depuis la conférence, plusieurs textes ont été publiés ainsi qu’un manifeste « par les jeunes et pour les jeunes« .

Emma a souhaité nous proposer une immersion dans ce rassemblement, découvrez ci-dessous un extrait de son récit.

« Durant les trois jours de ce congrès, plusieurs activistes vinrent parler de leurs travaux avec nous, jeunes délégués. Le premier soir, nous avons eu la chance de rencontrer John R. Lewis, né à Troy en Alabama. C’est un fervent militant et homme politique américain luttant notamment pour les droits civiques afro-américains et membre depuis plus de 30 ans de la Chambre des représentants aux États-Unis. Il offrit ce soir-là un magnifique discours sur l’espoir. L’espoir que le monde va changer, se révéler et devenir meilleur. L’anecdote ayant retenue le plus mon attention ce soir-là fut lorsqu’il nous contât que plusieurs années après que les blancs de l’Alabama eurent arrêté de battre les noirs, un homme vint à sa rencontre pour quémander son pardon, et ce fut sans regrets qu’il lui accordât. Voilà pourquoi il ne faut “jamais perdre espoir” nous disait-il, et se battre pour ce qui nous semble juste.

Le lendemain fut une journée entièrement dédiée à des débats et des conférences où plusieurs activistes, écrivains, journalistes, réalisateurs purent partager avec nous leurs visions des problématiques internationales actuelles et de leurs possibles solutions. Le soir fut aussi un grand plein d’émotions. Dans une très belle salle de théâtre, plusieurs délégués partagèrent leurs différents combats : leur vie en tant que sans-abri, ou la vie dans un pays ravagé par la guerre ou encore le quotidien dans un quartier peu sûr en raison d’une guerre de gangs. Tous ces problèmes majeurs qu’on ne croit exister que dans les livres ou derrière un écran télévisé, comme des mirages, étaient présents, des vies et des visages posés sur de réelles injustices si peu souvent réglées. Je ne pourrais pas citer et conter tous les impressionnants discours des délégués comme des intervenants, bien qu’à la fin de ce weekend prolongé, nous possédions tous une nouvelle croyance en notre habilité à pouvoir changer le monde. »

 

 

Tags: , , , ,


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑