Grand Est

Publié le 26 juin 2019 | par Labo Des Histoires

0

Spectacle de clôture du projet « Liberté et consentement » au collège de Foug

Jeudi dernier, nous nous sommes rendus au collège Louis Pergaud de Foug afin d’assister à la représentation du spectacle proposé par les 22 élèves de 4ème qui ont participé au projet « Liberté et consentement ».

Ce spectacle, ils l’ont réalisé eux-mêmes avec l’accompagnement d’Emanuel Bémer, auteur-compositeur-interprète. Il a été joué devant 3 autres classes du collège et marque la fin de 6 séances enrichissantes pendant lesquelles les jeunes auront bien sûr écrit, mais également visité le tribunal de Nancy où ils ont pu assister à une audience en lien avec leur sujet.

Retrouvez ci-dessous le texte de leur pièce de théâtre :

PROCES DES DEUX PRINCES CHARMANTS ET DE LA BELLE-MERE DE CENDRILLON

Personnages : 

Les victimes :
Cendrillon (Lana)
Blanche (Léna)
Aurore (Inès)

Les accusés : 
Kurt Charmant(Léo)
Kévin Charmant (Marwan)
La Belle-Mère, Elvina Charmant (Elvina)

Le Juge (Raphaël)
Le Greffier (Enzo)
Le Procureur (Thomas)

Les Avocats :
Avocat des Princes : Me Damien
Avocat des Princesses : Me Flavien

Le Public :
Elliott, Pauline, Candice, Cyprien, Noé, Théo, Morgane, Enzo, Noah, Killian, Maël, Laura

—  —————- ——————- —————————– ——————-

Le Greffier sonne. Le Public se lève. Le Procureur intime l’ordre au Public de se rasseoir. 

Le Procureur  : – Bonjour à tous, merci d’être venus aussi nombreux à ce procès historique, si historique qu’il a éradiqué toutes les lois sur la prescription. Les faits peuvent paraître prescrits, mais ces abus persistants régulièrement depuis des milliers d’années, le Barreau de Foug a décidé que la prescription n’avait pas lieu d’être. 
Le Public : – A mort ! 
Le Juge tape avec son marteau.
Le Procureur
 : – Sous la présidence de M. le Juge JEANDAT, dans l’affaire « Charmants contre Princesses », je vous rappelle les faits …
Le Juge  : – Accusés, levez-vous !
Le Public : – Ouh !
Le Procureur  : – … je vous rappelle les faits qui vous sont reprochés : dans l’affaire « Charmants contre Princesses », Kurt et Kévin, les deux frères Charmant, sont accusés d’avoir lâchement dérobé des bisous à Blanche et Aurore et ceci à leur insu. J’entends, sans leur consentement ! Leur mère, Mme Elvina Charmant est accusée d’avoir réduit sous une forme d’esclavage moderne sa belle-fille, la jeune Cendrillon.

 
Le Juge  : – Victimes, levez-vous !
Blanche  : – J’ai toujours … détesté les châteaux 
Aurore : – On ne me laisse jamais dormir (elle baille ou s’étire)
Cendrillon : – Je suis allergique à la poussière (elle éternue)
Un temps. Des membres du Public éternuent. 

Le Juge tape avec son marteau : – Avez-vous des preuves !?

L’avocat des Princes, Me Damien : – Votre Honneur, avant toute chose, je vous rappelle que Mme Charmant et ses deux fils sont de sang royal ! 
L’avocat les Princesses, Me Flavien : – Objection ! Nous sommes en démocratie, tous les citoyens sont égaux devant la loi. Et nul ne saurait être placé au-dessus de celle-ci.
Le Juge : – Objection rejetée. Reformulez, Me Damien. 
Me Damien : – Mes clients sont des gens importants, de descendance monarchique donc au-dessus de tout soupçon.
Le Juge : –  Mmmm. Bon, mouaif. Continuez.
Me Damien : – Mais enfin votre honneur, vous voyez bien que mes clients vivent dans un château !
Me Flavien : – Objection, votre Honneur, les victimes aussi. 
Me Damien : – Objection ! Blanche-Neige vit… dans les bois ! 
Me Flavien : – Mais elle est AUSSI de sang royal! 
Le Juge  (embarrassé) : – Finalement, j’accorde la première objection de Me Flavien. Sans cela, nous n’y arriverons jamais. Nous sommes tous égaux devant la loi. Est-ce que les accusés veulent prendre la parole ? 
Kévin : – C’est pas moi. 
Kurt : – J’ai rien fait. 
La Belle-Mère : – C’est eux. (un temps). Votre Honneur, on m’accuse d’esclavage moderne sur la personne de Cendrillon, cette petite péronnelle, (réaction de Cendrillon) cette petite impertinente (réaction de Cendrillon) mais dois-je vous rappeler, à toute fin utile, que Cendrillon était nourrie et logée aux frais de… la princesse ! 
Le Juge : – Et blanchie ? 
La Belle-Mère : – Euh… non.
Me Flavien : – Ahaaaah ! C’est un aveu, bien sûr qu’elle n’était pas blanchie puisque c’est ELLE qui faisait toute la lessive du château ! Ma cliente était forcée à assurer TOUTE la corvée de linge (en plus de TOUTES les autres tâches ménagères !) 
Le Public : – Ouh ouh !
Killian : – Qu’on fasse dresser la potence !
Le Public : – Ouh ouh !
Killian : – Qu’on les pende haut et court!
Le Public :-  Haut et court ! Haut et court ! Haut et court !

Le Juge : – SILENCE ! OU JE FAIS EVACUER LA SALLE ! Et pendre tout le monde ! Accusés, levez-vous ! 
Kévin : –  C’est pas moi. 
Kurt : – J’ai rien fait. 
La Belle-Mère : –  C’est eux.
Le Juge : – Oui, bon, on a compris. C’est exactement le pourquoi de votre présence ici. 
Kévin : –  C’est pas moi. 
Kurt : – J’ai rien fait. 
La Belle-Mère : –  C’est eux.
Le Juge : –  Asseyez-vous !
Me Damien et Me Flavien vont chuchoter à l’oreille du Greffier. 
Le Greffier : – Votre Honneur.
Le Juge : – Quoi encore !?
Enzo : Me Flavien et Me Damien demandent une suspension de séance.
Le Public : – Ooooh ! 
Le Juge (à lui-même, dans sa barbe): – Je peux pas j’ai tennis. Et j’ai faim. Ecoutez, cela fait trop de temps que ces contes durent. Je pense que les principaux intéressés, aussi bien la famille Charmant que les Princesses, en ont assez ; il faut que justice soit rendue !
Le Public : – Justice, justice, justice ! 

Le Juge tape avec son marteau : – Justice. Le Barreau de Foug m’a donné tout pouvoir pour résoudre l’affaire « Charmants contre Princesses ». Il convient d’établir une bonne fois pour toutes si les bisous effectués sur Mlle Neige, Blanche de son prénom et sur Mlle Aurore, ont été extorqué. Ou s’ils étaient CON-SEN-TIS. 
Me Flavien : – Posons la question aux principales intéressées. Blanche, étiez-vous d’accord. 
Blanche : – Non, j’étais pas d’accord. Que nenni ! 
Kévin : – : Menteuse !
Blanche réagit.
Blanche
: – Il ne m’a jamais demandé mon avis, encore moins mon autorisation. En plus, Prince Charmant ou pas, je trouve qu’il est moche. 
Le Public : – Oooooh ! 
Aurore : – On me laisse jamais dormir. Moi j’aime les siestes, les grasses mat’, les p’tits déj’ au lit. Moi, je demandais pas mieux de dormir cent ans. Même mille. 
Cendrillon : – Et moi donc ! Je ne sais même pas ce qu’est une nuit de 8 heures ! 
Me Flavien : –  Demandez plutôt à ma cliente l’étymologie de son nom. 
Le Public murmure. 
Me Flavien : – Quelle est la racine de son prénom !
Le Public : – La racine !? 
Le Juge tape : – Ben oui : d’où vient son prénom, quoi ! 
Cendrillon : – Mon prénom vient du fait que je n’étais jamais assez habillée, alors je dormais à côté du feu, en guenilles, et souvent j’étais couverte de cendres. Alors au début on m’appelait Cucendron. 
Le Public rit aux éclats. 
Me Flavien : – Et par glissement de sens, on l’a appelée Cendrillon parce que… c’est plus choupi quand même. 
Me Damien : – Objection ! Me Flavien cherche à nous égarer, je ne vois pas en quoi l’étymologie du prénom de Cendrillon… 
Le Juge l’interrompt : – Rejetée ! 
Me Damien : – Mais enfin votre Honneur, vous voyez bien que dans le dessin animé…
Me Flavien (l’interrompant) : – Objection ! Me Damien va-t-il nous faire témoigner M. Walt Disney !? C’est là une adaptation artistique et donc subjective !
Le Juge : – Accordée ! 
Me Flavien : – Ma cliente détestait la poussière ! J’en veux pour preuve qu’elle y était allergique.
Le Public : – Oooh ! 
Me Flavien : – Elle ne pouvait donc pas faire le ménage DE SON PLEIN GRE !
Le Juge : –  Et vous, Mlle Aurore ? Aviez-vous envie d’embrasser ce Prince charmant ?
Aurore : – Ce Prince SOI-DISANT charmant ! Ecoutez votre Honneur, j’ai embrassé pas mal de crapauds et de grenouilles. Eh bien j’ai largement préféré les baisers de ces batraciens. Vous savez, moi, la vie de château, les réceptions, les mondanités… j’en ai soupé… 

Me Flavien : – J’ai un témoin à faire comparaître.
Le Greffier : – Faites entrer le témoin n°1. Nom, âge, profession. 
Elliott : Elliott Delagarde. 57 ans. Je suis garde de métier au château de Mal-Boucq, et ce depuis 20 ans. La semaine dernière, comme tous les soirs, je faisais ma ronde.
Me Flavien : – Quelle heure était-il ? 
Elliott : – La mi-nuit passée. Tout le château dormait. Mme Cendrillon…
Cendrillon : – Mademoiselle !
Elliott : Mademoiselle Cendrillon était encore en train d’étendre les chaussettes de sa belle-mère, l’archiduchesse. 
Me Damien : – Elles n’étaient pas encore sèches ? 
Le Public soupire, consterné par la blague. 
Me Flavien
: – Objection ! 
Le Juge : – Accordée (soupire) 
Me Flavien : – Quel était l’état d’esprit de ma cliente ?
Elliott : – Elle pleurait abondamment. Elle pleurait tellement que les chaussettes de l’archiduchesse n’était pas prêtes d’être sèches… 
Me Flavien : –  Ahaaaaah ! L’accusation a un autre témoin.

Le Greffier : – Faites entrer le témoin n°2. Nom, âge, profession. 
Grincheux : Grincheux Dunain. 32 ans. Euh… nain de profession. Votre Honneur, je n’irai pas par quatre chemins : M. Charmant a clairement abusé de Mlle Neige. J’allais mettre les bûches dans le feu… 
Me Flavien : –  Ahaaaaah !

Le Juge (à lui-même) : – Finissons-en. M. le Procureur ? 
Le Procureur : – Ecoutez, pour moi l’affaire est simple : M. Charmant et M. Charmant ont volé ces baisers SANS LE CONSENTEMENT des victimes ; Mme Charmant a traité Mlle Cendrillon comme une souillon, une boniche, une esclave ! 
Le Juge : – Quelle peine proposez-vous ? 
Killian : – A mort ! 
Le Public : – A mort ! A mort ! A mort ! 
Le Juge : – Silence ! 
Le Procureur : – L’écartèlement. 
Le Juge : – Mmm, ça m’paraît pas mal. Combien de chevaux ?
Le Procureur : – Oh ben quatre, comme d’habitude. On a de bons résultats. 
Le Juge : – Un pour chaque membre, oui ça me paraît équilibré. 
Le Greffier : – Debout ! Le Juge va rendre la sentence. 
Le Juge : – Mme Charmant, Messieurs Charmant, vous êtes reconnus coupables de viol et d’esclavage. De fait, vous êtes condamnés à la mort par écartèlement. 
Kévin : –  C’est pas moi. 
Kurt : –  J’ai rien fait. 
La Belle-Mère : –  C’est eux. 

Me Flavien et les victimes se félicitent. 


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoiresRT : Un max de partages pour nos Kidz de l'Hopital d'enfants CHRU DE BRABOIS🙏 Atelier trés emouvant réalisé avec des j… ,
    • Labo des histoiresRT : Pas de choix cette semaine, mais du suspense! rendez-vous la semaine prochaine pour reprendre en main le destin de… ,
    • Labo des histoiresRT : Au « Tournoi des Apprenti.e.s » de Provence-Alpes-Côte d'Azur, on est venu faire du Foot mais aussi du avec… ,
  • Soundcloud