Nouvelle-Aquitaine

Publié le 28 novembre 2018 | par Labo Des Histoires

0

Restitution des ateliers Lettres du Monde !

Le 17 Novembre a eu lieu à la bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, la restitution des textes réalisés par les jeunes migrants de l’association Tremplin et du COS durant six ateliers. Avec l’aide de l’auteure Claire Maugendre, les jeunes ont eu l’honneur de présenter leurs textes devant l’auteur américain Brian Van Reet et l’auteur irakien Sinan Antoon, présents pour le Festival Lettres du Monde.

Du 3 Octobre au 6 Novembre, dix jeunes ont assisté aux ateliers et réalisé un ensemble de textes sur différents sujets comme le portrait d’un être cher ou plus fictionnel, sur la magie. Cinq jeunes ont pu venir assister à la restitution et deux ont même lu leurs textes. L’auteure Claire Maugendre qui a suivi ces jeunes migrants durant l’intégralité des ateliers, était elle aussi présente lors de la restitution émouvante des jeunes.

Le thème du Festival Lettres du Monde étant cette année « Welcome ! », les jeunes ont réalisés des textes sur ce sujet. Chaque jeune a pu écrire un récit durant trois ateliers, traitant de la thématique « Welcome », que ce soit à travers l’arrivée dans un pays ou la signification que l’on peut accorder à ce mot.

Voici quelques extraits des textes écrits et présentés durant la restitution par les jeunes :

 » Il était une fois, un jeune guinéen de 15 ans, appelé Sidiki Condé. Il se trouvait à l’entrée d’un grand pays, à la frontière de la première ville.
Au sol, Sidiki Condé trouva une pancarte. Sur cette pancarte était écrit le mot Welcome. […]
Le jeune homme trouva quand même le courage d’entrer dans le grand pays. Malheureusement le mot Welcome n’existait pas pour lui. Sidiki Condé était venu dans cette ville pour trouver une protection, un logement, une éducation, un métier, et enfin être alphabétisé. Mais il dormait dans la rue, avec les gangs. Il n‘avait pas de maison, pas d’éducation et il était de plus en plus analphabète. […]
Chaque fois que le jeune lui disait merci, la femme lui répétait le mot Welcome. Elle disait que l’accueil de la jeunesse est un bonheur. Sidiki Condé se sentait de plus en plus libre et heureux. Enfin, il avait trouvé le contraire de ce qu’il avait pensé au premier jour de son entrée au pays. »

« A bord de ce zodiac qui devait transporter neuf personnes pour la traversée de la Méditerranée, une femme et sa fille ne cessaient de s’inquiéter de voyager dans un bateau en plastique pour arriver en Europe.
Un voyage en enfer, sur le chemin qui mène à l’Eldorado… […]
Tobie et les autres garçons dans le zodiac n’arrêtaient pas de pagayer. Ils espéraient que l’équipe de sauvetage leur viendrait en aide, à temps. Ils redoublaient d’efforts.
Lorsque le jeune Tobie vit l’équipe de sauvetage, il put enfin retirer sa pagaie de l’eau.
Sur la pagaie de Tobie, une règle de bois sculpté, était écrit en arabe le mot « bienvenu ». […]
Au début du voyage en zodiac, le jeune garçon avait gardé jalousement sa règle en bois contre lui, comme un talisman. Puis il l’avait plongé désespérément dans l’eau quand il avait fallu commencer à pagayer.
Maintenant Tobie venait d’arriver dans un centre en Espagne. Sa règle en bois toujours avec lui, il était sain et sauf. Trois jours après, Sylvie et sa fille étaient toujours commotionnés. Comme Tobie, elles venaient de traverser l’enfer. »

 » Sur le panneau était écrit le mot Welcome.
J’étais un militaire afghan, envoyé en commando.
J’étais depuis 3 ans dans le désert, je luttais contre les talibans et Daesh.
Normalement, il y a des panneaux pour interdire ou pour régler la circulation, mais sur le panneau dans mon sac était écrit le mot Welcome… « 

 » Quand Wassy est entré pour la première fois chez Mazedine, il a marché sur un tapis devant la porte, sur lequel était écrit des lettres qu’il ne comprenait pas. Wassy a demandé à son nouvel ami : « Qu’est-ce que c’est ça ? ». Mazedine a répondu : « Welcome ». Puis il l’a traduit en pachto pour Wassy par « Khalarlas ! ». Et tous les amis de Mazzedine qui étaient présents dans l’appartement ont dit le mot « Welcome » à Wassy.
Dans les jours suivants, Wassy qui n’était plus tout seul, a été acheté à côté de la porte de Bourgogne chez un homme arabe un tapis noir. Ses amis avaient une bombe de couleur bleu : ils ont tagué ensemble sur le tapis le mot welcome.
Wassy a ramené le tapis chez lui au CADA. Le tapis est désormais tous les jours devant la porte pour les amis qui arrivent. Et la porte est toujours ouverte pour les gens seuls. Avant Wassy était seul, mais maintenant, il y a toujours un ami. « 

Comme vous pouvez le voir, c’est avec brio que ces jeunes migrants ont réussi à relever le défi d’écrire des récits à la fois fictionnels et poignants. Ces six ateliers d’écriture ont été une chance pour ces jeunes d’améliorer leur écriture et d’utiliser à la fois leurs souvenirs et leur imagination. Une manière à la fois amusante et thérapeutique d’aborder l’écriture créative.

Merci à l’intégralité des participants, à l’association Templin, au COS et à Claire Maugendre pour leur implication et leur aide.


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑