Réunion

Publié le 21 janvier 2020 | par Labo Des Histoires

0

Portrait d’intervenant : Jean-Laurent Faubourg

D’abord comédien, bien connu des scènes réunionnaises depuis une quinzaine d’années, Jean-Laurent n’est pas un artiste qu’on peut cataloguer facilement : on le retrouve dans tous les registres, allant de la farce à la tragédie et du spectacle d’humour à la création contemporaine. Acteur, mais aussi humoriste, animateur et chroniqueur radio,  réalisateur : Jean-Laurent conjugue sa vie professionnelle au pluriel.

Artiste protéiforme, curieux de tout, Jean-Laurent pratique aussi ce funambulisme entre légèreté et gravité dans son écriture.

Auteur de contes contemporains et d’un court-métrage, il associe aussi volontiers sa plume aux humoristes Thierry Jardinot ou Marie-Alice Sinaman.

« Ecrire pour les autres et faire jouer les autres, c’est la suite logique pour le vieux comédien que je deviens ».

Pour qui le connaît, l’homme est redoutable d’humour et manie la répartie qui fait mouche sans avoir l’air de rien… Les élèves de Troisième, du Collège de Cambuston à Saint-André, ont pu ainsi s’initier avec lui au genre de la satire.

Allez ! comme à notre habitude, on soumet Jean-Laurent au jeu des questions :

Jean-Laurent, pourquoi mener des ateliers d’écriture ?

Désolé, mais je ne vais pouvoir parler que de moi. D’un ti-kaf *, né rue tay koson *, dernier d’une fratrie de 11 enfants. Tantôt sous les ordres de maman, tantôt sous les ordres d’un plus grand, dans des vêtements enfin trop courts pour l’autre ou dans une chambre laissée libre par un départ salutaire à l’internat de je ne sais quelle école située trop loin de la maison. Alors, chaque espace sans parents, sans famille est un espace de liberté : la cour qui entoure la maison, la cour de récréation, la cour du roi-kaf qui amuse ses camarades dans une logorrhée exutoire (qui m’aurait value un regard assassin à la maison), ou dans une rédaction de français ou même d’anglais, qui me couronne d’une lecture à voix haute devant toute la classe, voire même me gratifie d’une récompense académique et d’un voyage pour l’Angleterre. Je crois finalement que j’ai écrit pour être et je le souhaite à tous ses « petits » et ses jeunes : que leur parole existe et qu’elle s’envole dans des écrits qui resteront !

kaf : créole noir

tay koson : merde de porc

Quel est le livre qui t’a marqué dans ton enfance ?

Astérix. C’est étrange de rire à haute voix devant un dessin. Encore aujourd’hui en repensant à certaines images…

Ton endroit préféré pour écrire ?

Ma maison vide.

Si tu étais un personnage de roman, qui serais-tu ?

Je n’ai pas de personnage de roman fétiche. Mais je serais moche et pertinent (Nous, au Labo des histoires, ça nous ferait un peu penser à Cyrano de Bergerac, non ?)

Le film du siècle ?

Noces rebelles

Un geste que tu peux effectuer des dizaines de fois dans la même journée ?

Regarder dehors

Un conseil à donner aux écrivains en herbe ?

Oser le miroir, accepter ce qu’on y voit, ensuite regarder le monde, et enfin écrire !


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoiresRT : Otilly Belcour est intervenue en juillet dernier à la MJC de Saint-Nicolas-de-Port, dans le cadre de l’#EtéCulturel… ,
    • Labo des histoiresRT : [#CONCOURS] Les partenaires du concours d'écriture "Conversation avec Le Petit Prince" se sont associés à af… ,
    • Labo des histoiresRT : Aujourd'hui, c'est la Journée du refus de l'#échecscolaire ! 🪂 L'objectif : valoriser les initiatives qui peuvent f… ,
  • Soundcloud