Hauts-de-France

Publié le 8 novembre 2017 | par Labo Des Histoires

0

Ludovic Gobbo : histoire(s) en BD

Aujourd’hui, le Labo des histoires Hauts-de-France tente d’en savoir plus sur Ludovic Gobbo, auteur de BD, et qui transmet au travers des ateliers d’écriture ses deux passions : celle de la BD – du dessin et des histoires qu’elles racontent – et celle de l’Histoire.

 

Pour toi, comment faire pour amener les jeunes à se lancer dans une aventure BD, à franchir le pas de l’écriture et du dessin ?

Pour amener les jeunes à se lancer dans la réalisation d’une BD, il faut avant tout désacraliser le rituel et le banaliser. On ne demande pas d’écrire le dernier Goncourt, ou même dessiner la BD du siècle. Il faut avant tout avoir le plaisir de raconter (en texte ou en dessin) ce que l’on voudrait avoir lu ou vu.
On peut regarder chez les autres, mais que la production de ces derniers ne soit pas un outil de comparaison ou un schéma à reproduire. Bref, il faut donner le goût de créer, et cela se fait bien souvent par étapes et approches successives, mais surtout pas par un biais didactique et rigide.

Qu’est-ce qui t’a amené à vouloir animer des ateliers d’écriture auprès de jeunes ?

L’idée d’animer des ateliers auprès d’un public jeune, et moins jeune d’ailleurs, est venue en réalisant un atelier pour l’archéo-site d’Alésia, partenaire de l’album Alésia auquel j’avais collaboré. Le dessin, c’est bien, mais on risque de s’enfermer et s’enferrer dans son monde. Les enfants ont une fraîcheur et une énergie communicatives, et quand tout se passe bien, une sorte de complicité se crée. La plupart des enfants connaissent et aiment la BD, et le fait de pouvoir transmettre ma passion et quelque peu mon savoir-faire auprès d’un jeune public est motivant et valorisant pour le métier.

Un souvenir particulier lors d’un atelier avec le Labo des histoires ?

Je ne peux pas dire qu’il y ait un souvenir particulier, et je m’explique pourquoi. Chaque atelier est différent, comme chaque enfant d’ailleurs, ce qui est normal. Quoi qu’il en soit, quel plaisir de voir les participants faire une ou plusieurs pages alors qu’ils s’en sentaient incapables, quelle victoire pour l’ensemble des acteurs ! Les enfants sont entiers, et il faut donc faire de même.

As-tu une « BD de chevet » et/ou trois BD qui sont pour toi iconiques ?

Je n’ai pas de BD de chevet, car je lis uniquement des romans avant de m’endormir. Une des choses que je veux faire comprendre aux enfants, c’est que la lecture est essentielle pour l’imaginaire, ainsi que pour la culture générale.
Choisir 2 ou 3 BD iconiques est difficile pour moi, car mes goûts sont éclectiques. Mais puisqu’il faut faire un choix, parlons du grand Will Eisner, du non moins grand Victor de la Fuente, des regrettés et géniaux Franquin et Yves Chaland, de Mark Schultz (Chroniques de l’ère Xénozoïque et non Peanuts, bien que je m’incline devant tant de talent) de Le Tendre et Loisel, etc…

Récemment, Ludovic a travaillé avec le Labo des histoires pour deux ateliers lors de la Nuit des bibliothèques, et entame depuis la rentrée un projet avec l’école Thérèse d’Avila de Lille.

 

 


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Ateliers d’écriture gratuits

    Le Labo des histoires propose des ateliers d’écriture créative GRATUITS, ouverts aux jeunes de moins de 25 ans.

    Retrouvez le calendrier de chaque antenne dans les rubriques « Ateliers ».

  • Soutenir le Labo des histoires

  • Inscrivez-vous à notre newsletter !




  • Facebook

  • Twitter Twitter

  • La radio du Labo des histoires