Paris

Publié le 22 novembre 2017 | par Labo Des Histoires

0

Les TAP parisiens

La réforme des rythmes scolaires mise en place en 2013 a été initiée par le Ministère de l’Éducation nationale afin de mettre en place une nouvelle organisation du temps scolaire à l’école primaire.

Le temps ainsi libéré doit permettre aux collectivités territoriales la mise en place de Temps d’Activités Périscolaires (TAP). D’après le site de l’Éducation nationale « cette dynamique participe notamment à réduire les inégalités sociales car elle bénéficie en premier lieu aux enfants les plus défavorisés. » Le Labo des histoires intervient ainsi dans les écoles parisiennes depuis cette réforme de 2013.

Il est donc proposé aux élèves de certaines écoles parisiennes de participer à des TAP animés par des intervenants du Labo des histoires. C’est le cas des CE1 et CE2 de l’école Fagon dans le 13e arrondissement où Mathilde Pucheu, intervenante, initie les enfants à l’écriture. Le thème proposé chaque mardi aborde l’univers magique d’Harry Potter. Les romans, popularisés par leur adaptation au cinéma, sont connus de presque tous les enfants. Aujourd’hui, Mathilde propose aux dix élèves de son groupe de reproduire à leur manière un journal inspiré de la Gazette du Sorcier, le quotidien britannique du monde magique. Elle a apporté avec elle différents journaux nationaux pour que s’en inspirent les élèves, principalement pour leur mise en page. Très vite, seuls ou en petits groupes, les élèves inspirés par la structure du Monde ou de Libération mettent en page la une de leur propre quotidien, illustrant leurs articles par des dessins. Ils sont tous très inspirés et l’heure et demi de l’atelier ne leur suffit pas à écrire tout ce qu’ils ont imaginé. A la fin, certaines et certains lisent fièrement leur rubrique relatant les faits divers du monde des sorciers.

Ailleurs, dans le 18e, c’est à l’école Clignancourt qu’intervient également le Labo des histoires. C’est le  cas du Mangaka (auteur de mangas) Jonathan Eliaszewicz qui anime des ateliers d’écriture  pour une quinzaine d’élève de neuf à onze ans. Il leur enseigne de façon ludique les bases du dessin : le corps humain, les proportions, les positions principales… Les enfants écrivent ensuite l’histoire de leur personnage et en font son portrait en lui attribuant un nom, un âge et une histoire. Une fois le personnage créé, son physique et sa morphologie définis, le groupe se lance dans la réalisation d’un manga en quatre cases, un Yonkoma, en se basant sur un moment de la vie de leur personnage tout en respectant le sens de lecture d’un manga : de la droite vers la gauche.

L’intervenant de l’école Général Lassalle dans le 19e arrondissement, a la particularité de proposer des ateliers d’écriture de chansons. Pendant une heure et demi, il explique aux enfants ce qui caractérise une chanson et leur propose d’en écrire une avec lui. Intervenant au Labo des histoires, Cyril Capelle est à la fois auteur et compositeur de chansons. Il leur apprend l’accent tonique, le rôle du refrain et des couplets mais aussi l’importance du titre et des rimes, et des « e » muets. Les enfants se familiarisent avec la métrique en comptant sur leurs doigts et apprennent à mêler musique et poésie. Beaucoup sont curieux et attentifs.

A l’école Chabrol, l’atelier d’écriture de nouvelles est produit par petits groupes et s’appuie sur des thèmes narratifs précis comme le fantastique, l’aventure, l’histoire d’amour ou la science-fiction. Selon les codes et contraintes de ces thèmes, les élèves écrivent donc une nouvelle à partir d’eux-mêmes, de leur réalité. « Une écriture collective, participative, à la fois libre et encadrée, qui insiste sur l’importance des détails, des mots employés, la singularité de chaque idée et la valeur de chacune » explique l’intervenante Stéphanie Masson, « On échange toujours entre les groupes sur l’écriture en cours et on laisse toujours un groupe aider l’autre si des détails manquent, dans un souci de circulation constante ». A la fin des ateliers, l’intervenante tape les productions à l’ordinateur. Bien sûr, les élèves relisent tout ce qu’ils ont écrit précédemment à la main, « afin de s’immerger de nouveau dans sa propre narration et d’avancer avec la dynamique numérique » selon Stéphanie Masson.

Tags: , , , , ,


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoiresRT : Atelier BD «GIONO» à ciel ouvert au lycée Jean Aicard d'Hyères !👍 Avec les conseils avisés de et le magnifiq… ,
    • Labo des histoiresRT : 👋 Après 9 ans au Labo des histoires, dont 6 comme DG, j’ai quitté l’association hier & passé le relai à Thibault L… ,
    • Labo des histoiresRT : C’est aujourd’hui ! est de sortie en librairie et en ligne. Et pour l'occasion, nous a mis à… ,
  • Soundcloud