IDF-Est

Publié le 17 juin 2021 | par Labo Des Histoires

0

Ecrire la rue de Paris

Début juin avait lieu au collège Pablo Neruda de Pierrefitte-sur-Seine (93) la restitution du projet « La rue de Paris » mené par le Labo des histoires Île-de-France Est dans le cadre du dispositif départemental « Culture et art au collège ». Marie Willaime, l’intervenante, a proposé aux élèves d’une unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A) un parcours autour de la rue de Paris, en partenariat avec les enseignantes d’histoire-géographie et de français. Comme son nom l’indique, la rue de Paris relie Pierrefitte à Paris, et elle a toujours été en partie peuplée de personnes originaires d’autres pays – essentiellement européens au début du vingtième siècle, puis du monde entier aujourd’hui : caractéristique qui fait écho au parcours des jeunes de l’UPE2A. Marie les a donc invités à explorer la rue de Paris en s’intéressant à ses habitants, hier et aujourd’hui.

Lors de la restitution, qui a eu lieu devant d’autres classes du collège et certaines mamans des élèves, plusieurs pans de leur travail ont été présentés :

  • des cartes d’identité « inventées », mêlant les visages et informations glanées sur certains habitants de la ville mis en avant sur le site de la Ville, et des informations ou anecdotes liées à la vie personnelle des élèves, notamment leur « objet de migration » : en effet, en s’inspirant des vidéos présentes sur le site du Musée national de l’histoire de l’immigration (dont la visite a dû être annulée pour cause de crise sanitaire), les élèves ont choisi un objet qui symbolisait leur parcours migratoire, à l’instar de la truelle de Luigi Cavanna ou de la valise de Soundirassane Nadaradjane. L’un d’eux a ainsi évoqué le yaourt turc, qui lui évoque sa tante lorsqu’elle trayait les vaches, une autre le collier en forme de coeur offert par sa meilleure amie avant son départ…
  • des haïkus composés par les élèves sur la rue de Paris, à partir de notes prises pendant une balade urbaine avec un urbaniste de la Ville, qui a abordé avec eux l’aspect actuel de la Ville, mais aussi son passé et les projets pour les années à venir, mais aussi d’inspirations littéraires comme Espèces d’espaces de Georges Perec.
  • des cartes postales anciennes de Pierrefitte, sur lesquelles les élèves ont inséré, à la manière de bulles de bande dessinée, des textes présentant la vie des habitants de l’époque – leur origine (majoritairement d’autres régions de France, mais aussi Pologne et Italie), leur métier, leur vie quotidienne… Pour réaliser ce travail, ils ont pu s’appuyer sur le registre des habitants de la rue de Paris en 1933, fourni par les archives municipales.
  • enfin, un collage composé de phrases évoquant la ville « la ville, c’est… » et d’images glanées dans des magazines, en s’inspirant d’oeuvres d’art découvertes à l’artothèque du centre culturel communal de Pierrefitte.

L’ensemble de ces productions a fait l’objet d’une présentation réfléchie et travaillée collectivement, grâce à l’accompagnement de Marine Brunet, scénographe membre de l’atelier SOPLO.


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoires"J'aime voir mes élèves suivre des ateliers parce que, quand la sonnerie retentit, ils ne se lèvent pas". "Là où na… ,
    • Labo des histoiresRT : [Nuit des bibliothèques] L'autrice Agnès Debacker en invitée à Sailly-lez-Lannoy pour lancer la réécriture du Petit… ,
    • Labo des histoiresRetour sur... à la , ville du (#LaReunion). ,