Comme si vous y étiez K.O. DES MOTS au Salon du Livre de Paris 2013

Publié le 9 avril 2013 | par Labo Des Histoires

4

Dimanche 24 mars : la salle comble du K.O. des MOTS

D’un côté, les Blues Sisters. De l’autre, les P’tites Frappes. Au centre, des matchs d’improvisation littéraire. Retrouvez l’histoire de Yu Yukizo, la petite couturière, et celle de Gérard, le parrain, produites pendant le premier K.O. des MOTS au Salon du livre.

Les Blues Sister

Les P’tites Frappes

Round 1

Incipit

L’horloge indiquait minuit et demi, il était temps… 

L’horloge indiquait minuit et demi, il était temps… Les relents d’odeur du port étaient asphyxiants mais Mlle Yu Yukizo, couturière chinoise de la province de Shishuan brûlait d’impatience. Après avoir embarqué sur le vieux bateau loqueteux, elle réussit rapidement à conquérir ses autres frères chinois clandestins. Son petit corps gracile, sa voix fluette et haut perché avait réussi à faire oublier les ripailles nocturnes de l’équipage. C’était un spectacle amusant et curieusement prémonitoire de voir tout cet équipage chinois apprendre à coudre dans la cale puante de ce bateau. L’œil égrillard, l’haleine avinée et le verbe graveleux, le capitaine avait d’abord essayé de déstabiliser Mlle Yu YUkizo en lui faisant une sordide allusion à un dé à coudre et une certaine aiguille. Mlle Yu Yukizo avait fermement répliqué que cette aiguille était hors de propos et depuis, elle était respectée de tout l’équipage. Quand, au bout de deux longs mois, la terre tant attendue, cet eldorado était apparu, les yeux de tous les passagers avaient commencé à briller. Mais la rencontre qu’elle fit acheva de malmener sa monacale routine de petite couturière provinciale.

L’horloge indiquait minuit et demie, il était temps que l’histoire commence. Gérard le parrain allumait son cigare cubain, il était tranquillement installé sous le Big Ben en attendant le gong final mais quel gong ! Celui peut-être de Helena, la femme fatale, qui faisait chavirer son cœur depuis longtemps. Il était tombé sous son charme pendant la prohibition instaurée par le gouvernement britannique dans les années 30. Gérard, un bandit de haut vol, qui était très respecté dans le mileu mais là, Helena avec ses long cheveux, son regard de braise avait réussi à captiver l’attention du bonhomme. Gérard attendait patiemment sa dulcinée au moment où une voiture vient freiner brusquer devant lui. La vitre se baissa lentement, il aperçut un regard sombre celui probablement d’une femme mais il n’était pas sûr… il s’approcha doucement et, à ce moment précis, il aperçut le visage de la personne. Celle-ci lui fit un effet jamais apparu chez Gérard.

Round 2

Ménage à trois

Intégrez les mots « talonnettes », « niche » et « bousculer »

Alors qu’elle pouvait déjà voir la terre à l’horizon et qu’elle se tenait sur le pont, rayonnante, une femme s’approcha soudain d’elle et la regarda d’un air mauvais. « Hé, toi, là ! » Mlle Yu Ykizo la regarda, étonnée. Que pouvait-elle lui vouloir ? La femme reprit :

– Tu crois que je ne t’ai pas vue, avec mon mari ?

Yu Yukizo ne comprenait pas. Elle restait immobile, les bras ballants. La femme la bouscula brutalement.

– Je sais que tu l’as séduit dès le premier jour. Je connais mon mari. Il ne peut pas s’empêcher de sauter sur toutes les jolies femmes qui passent devant lui. Et je déteste ces femmes-là !

Mlle Yu Yukizo refusait de se laisser faire par une femme qui avait besoin de talonnettes pour s’élever jusqu’à sa hauteur. Elle répliqua : « Je n’ai pas de comptes à vous rendre. J’ai repoussé votre mari qui est un porc. »

La femme, furieuse, s’exclama :

– Retourne à la niche, petite clandestine ! On ne veut pas de toi ici !

Mlle Yu Yukizo, ulcérée, lui tourna le dos et quitta le pont. Elle s’enferma dans une cabine vide au fond du bateau et se remit à coudre pour s’empêcher de penser. Elle se concentra sur son ouvrage, une robe magnifique qui l’occupait depuis plus de deux mois. Bientôt, son chef-d’œuvre serait terminé.

La personne dans la voiture avait le visage caché en partie par un foulard, elle fit sortir une main de la voiture et lui tendit un papier. Elle démarra rapidement dans un vrombissement de pneus. Il ouvrit le papier et y lut « Nous tenons Helena. » Il claqua deux fois sa talonnette et son chauffeur arriva en trombe. « DÉMARRE !!! »

La course poursuite démarra, son chauffeur rattrapa rapidement la voiture précédente. Il la bouscula en ayant pour espoir de la faire tomber dans la Tamise. Il savait que cette rivière était une niche à carcasse de voitures avec toute la vase qui y était. Une personne sortit de la voiture et tira dans ses pneus. La voiture freina brusquement. La course poursuite s’arrêta. Gérard était en rage. Comment allait-il retrouver Helena ?

Round 3

L’Invité mystère

Une vieille dame inquiétante entre en scène

Alors qu’elle finissait les coutures de cette robe en soie rouge, destinée à être portée par une acrobate ou une dompteuse de lions, elle entendit un homme crier dans le couloir : « On accoste! On accoste enfin ! » Elle sortit sur le pont. L’air frais vint lui fouetter le visage. Elle voulait descendre de là au plus vite. Elle retourna dans sa cale pour récupérer la robe et sa petite trousse qui contenait toutes ses affaires.

Lorsque Yu ouvrit la porte de sa cabine, son souffle s’arrêta. La robe rouge… La robe qu’elle cousait depuis des semaines gisait, en lambeaux, sur le sol.

Elle entendit le bruit caractéristique de talonnettes résonner devant sa porte.

Où pourrait-elle aller, maintenant que sa seule source potentielle de revenus s’était évanouie?

Pleine de fureur, Yu se mit à pleurer en descendant sur le pont où se bousculaient des centaines de passagers.

Arrivée sur le quai, elle s’assit, et laissa libre cours à sa tristesse.

Une vieille dame, les cheveux épars, une ceinture en soie jaune autour de la taille, s’approcha alors d’elle. Yu leva les yeux.

La dame ne disait rien. Elle lui prit un lambeau de soie rouge des mains, doucement, et l’observa.

« Qui… qui êtes-vous? » demanda Yu. Pas de réponse.

La vieille dame partit vers une rue voisine en lui faisant signe de la suivre. Où se dirigeait-elle?

Yu suivit la vieille dame silencieuse pendant ce qui lui sembla durer des heures. Enfin, au détour d’une petite rue sombre, Yu aperçut une sorte de tente… un chapiteau. « Voilà où tu travailleras, petite couturière. »

Un cirque ? Pourquoi pas…

Gérard paniquait. Comment la retrouverait-il?

– « Mon pétit méssieu », dit-elle avec un accent italien.

Gérard se retourna, surpris. Un veille petite dame le toisait. Elle avait un air inquiétant. Les rides de son visage rappelaient les sillons des champs de son enfance.

– Suiveeeez-moi., lança-t-elle.

Il s’exécuta, pas sûr de ce qu’elle lui voulait.

– Je sais où elle se trouve.

Après quelques minutes de marche, à lutter contre le crachin londonien sans parapluie, elle lui demanda de tenir son cabas à légumes.

– Allez, je m’impatiente, bourriquot.

Elle tapa avec sa canne contre une gouttière et le mur de briques laissa place à une ouverture. Il se trouvait en face d’une salle de jeux clandestine.

Il reconnut la personne au papier.

-Vous la voulez ? Vous contre moi, au black jack.

La partie fut âpre. 19-19. Personne n’était prêt à en découdre.

Soudain, la vieille femme cria.

– Haaaaa ! Elle sortit de sa canne un coutelet. Dans un élan, intrépide, elle planta la personne au papier.

Round 4

Le K.O. des MOTS

Yu Yukizo et Gérard le parrain sont à la recherche du livre secret du Labo des histoires et se retrouvent dans une bibliothèque.

Les P’tites Frappes

Alors ma chère amie, vous aussi vous êtes après le livre secret du Labo des Histoires?

Les Blues Sister

Ooooohhhhh ni hao mon bon monsieur. Oui effectivement, il s’agit d’un exemplaire ayant appartenu à mon grand-père

Les P’tites Frappes

Il s’agit ? Pardon, je ne comprends pas votre accent est trop fort.

Les Blues Sister

Pourtant, je vous assure que je fais des efforts… pourquoi ce livre de ma famille vous intéresse-t-il tant ?

Les P’tites Frappes

Parce qu’il vous intéresse ma chère. Rien de plus. J’aime déposséder les autres de leurs bijoux de famille.

Les Blues Sister

Vous savez ce que l’on dit dans mon pays, un dicton de M. Confucius : la bave du crapaud n’atteint jamais la blanche colombe. Vous n’obtiendrez jamais cet ouvrage monsieur.

Les P’tites Frappes

J’espère que vous maîtrisez mieux la couture que la philosophie. Mais oui ma chère ce que je veux, je l’ai.

Les Blues Sister

En revanche, vous n’avez aucune éducation jeune homme.

Les P’tites Frappes

Et vous n’avez jamais eu un  sou de style. Vous connaissez notre dicton. Le mieux l’on s’habille, le pire on peut se comporter.

Les Blues Sister

Je vous propose quelque chose, ce livre, nous pourrions le partager, vous les jours pairs et moi impairs.

Les P’tites Frappes

D’accord à une condition, que vous me donniez cette robe magnifique que vous avez conçu sur votre bateau.

Les Blues Sister

Oh ouiii ! Elle vous irez à merveille.

Les P’tites Frappes

Heureusement que vous n’avez pas su la garder intacte. Et ce grâce à mon informatrice…

Les Blues Sister

Eh ben il doit être intéressant votre travail, vous ne vous sentez pas un peu seul parfois le soir ?

Les P’tites Frappes

Non, l’argent nous offre beaucoup d’amis, ma chère. Et vous sur votre bateau, vous ne vous êtes pas senti trop seule ?

Les Blues Sister

Tai tsien monsieur

Les P’tites Frappes

Au revoir ma chère amie, je prends le livre avec moi. Adieu, vous ne le reverrez jamais. Haha


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



4 Responses to Dimanche 24 mars : la salle comble du K.O. des MOTS

  1. Pingback: Retour sur les trois jours du Labo des histoires au Salon du livre

  2. Charles says:

    Les Blues Sisters évidemment ..

  3. Rémi says:

    Non mais allô Charles, les P’tites Frappes sont les meilleures! 😉

  4. Coccinelle says:

    Je vote pour les Blues Sisters ! C’est tellement mieux, je trouve ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoires ‍♀️ Butterfly de Yusra Mardini, coup de cœur de Lilou, 17 ans, dans sur cc… ,
    • Labo des histoiresRT : Aujourd'hui, atelier à la Médiathèque Manufacture de Nancy ! Dans le cadre du , 3 classes de CM1 ont imaginé de… ,
    • Labo des histoiresRT : Nous serons egalement aux médiathèques de Vaulnaveys le Haut (10h-13h)et de Fontaine (13h30-16h30) pour des atelier… ,
  • Soundcloud