Comme si vous y étiez

Publié le 9 février 2016 | par Labo Des Histoires

0

Comme si vous y étiez : MasterClass avec Flore Vesco

Une fois encore, nous avons reçu au Labo des histoires Paris l’auteure Flore Vesco ! Samedi 6 février la Masterclass affichait complet pour cette nouvelle rencontre avec les jeunes laborantins, âgés de 8 à 25 ans.

Lecture par Jérôme Morin (Lire et faire lire)

La MasterClass a commencé par une plongée dans l’univers du premier roman de Flore Vesco avec la lecture par Jérôme Morin, bénévole de l’association Lire et faire lire, partenaire du Labo des histoires, d’un chapitre de Cape et de mots. Les laborantins étaient captivés, car beaucoup connaissaient déjà Sérine, l’héroïne. La jeune fille décide de rentrer à la Cour du roi en tant que demoiselle de compagnie pour sauver sa famille de la pauvreté. C’est alors qu’elle se découvre un talent certain pour les bons mots et se distingue par son sens de la répartie !

Si les jeux de mots, les charades, et autres contrepètries se retrouvent dans son premier roman, c’est avant tout parceque Flore Vesco est une passionnée des jeux d’esprits. Depuis son enfance elle dévore les romans d’aventure où se mêlent action et réflexion. En particulier ceux écrits au 19ème siècle, comme le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier. Elle écrit beaucoup aussi, des nouvelles surtout, qu’elle invente en cachette. L’écrivaine en herbe se montre timide, et ne veut pas être lue !

Interrogée par Laure de Maack et Béatrice de Lavenne, respectivement présidente et membre du comité de lecture du Prix Saint-Exupéry, Flore Vesco se livre sur les différents événements qui l’ont conduit à devenir écrivaine. Alors qu’elle poursuit ses études et sa passion (secrète), elle décide de participer à un concours de nouvelles, qu’elle remporte à 24 ans. C’est alors que le déclic a lieu ! L’écrivaine, approchée par des maisons d’édition qui souhaitent la publier, se lance dans la version longue de sa nouvelle. Mais Flore Vesco nous confie la trouver peu abouti et la juge avec du recul comme un « brouillon ». Ce premier échec est difficile pour l’auteure, qui se sent prête à aller plus loin que l’écriture de nouvelles.

Flore Vesco

C’est ainsi que se dessine son premier roman, La belle parleuse; le titre deviendra ensuite De cape et de mots. L’écrivaine choisit l’écriture jeunesse car elle s’y sent plus libre et se permet « plus de fantaisie » qu’avec les romans pour adulte. Si le travail d’écriture est autant important que pour les adultes, elle dit ressentir le regard « doux » des jeunes lecteurs sur ces textes, ce qui l’encourage à créer des histoires riches en rebondissements. Pour son premier roman d’aventures, elle nous confie avoir privilégié les intrigues à la profondeur des personnages. Ces derniers se démarquent par un trait de caractère dominant. L’héroïne est plus travaillée car l’auteure aime la faire évoluer au fil de ses aventures, lui donner une « marge de progression ».

L’écriture très visuelle de ce roman a commencé après une routine bien définie. Flore Vesco a tout d’abord construit un plan très détaillé. Elle explique aux laborantins, curieux de ses techniques, vouloir « donner un cadre » à son histoire. Chaque action est résumée sur une ligne, ce qui fait un plan détaillé d’une vingtaine de pages ! Puis vient le temps des recherches pour apporter de l’authenticité au texte. Pour écrire, Flore Vesco a besoin de calme et de silence. Elle préfère noter ses idées sur le papier avant de passer à la rédaction sur ordinateur. Si elle n’a pas de « trucs superstitieux » pour vaincre la page blanche, c’est simplement parcequ’elle n’y croit pas ! La panne d’inspiration la surprend rarement, car elle conçoit la construction d’une histoire comme toujours devoir « sortir l’héroïne d’une situation ». Sinon, elle s’impose une longue marche dans la ville.

Les laborantins

Les laborantins ont posé de nombreuses questions à l’auteure au cours de cet échange, et lui ont demandé si un projet BD était envisageable, par exemple. Elle leur a répondu être tenté par la rédaction d’un album, mais à condition de créer une toute nouvelle histoire, et en collaboration avec un bédéiste.
Enfin, elle a répondu à leurs interrogations de jeunes écrivains. Son conseil pour être publié est d’envoyer leurs textes (des nouvelles en particulier) aux maisons d’édition, « à l’attention du comité de lecture ». Et d’écrire le plus souvent possible, par exemple au Labo des histoires !

P1050050

L’atelier d’écriture proposé par Flore Vesco avait pour thème la rédaction d’une charade et/ou d’un « poème coupé en deux », comme dans De cape et de mots. L’auteure avait préparé (au cas où!) quelques associations sur le thème de la nourriture, par exemple, ainsi que des mots se divisant en deux parties. Après quarante minutes de rédaction, les laborantins ont lu leurs textes, écrits seuls ou à plusieurs. L’imagination des jeunes auteurs à bluffé Flore Vesco, qui a souhaité en conserver quelques-uns que vous pouvez retrouver sur sa page facebook.

P1050063

 

Tags: , , , , ,


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoiresRT : Amis enseignants, le concours est ouvert jusqu'au 4 novembre ! Les vacances approchent, une bonne occasion de planc… ,
    • Labo des histoires⛵️Le skipper a écrit un magnifique texte pour le Journal de bord de l’Océan. Et vous ? Date limite… ,
    • Labo des histoiresRT : Au collège Coin Joli Sévigné de , les 3èmes écrivent la dernière partie de leur histoire avec l'auteur Cé… ,
  • Soundcloud