Comme si vous y étiez Master class d'Anne Robillard au Labo des histoires

Publié le 2 janvier 2013 | par Aurélie Laurière

0

Comme si vous y étiez : master class d’Anne Robillard

Des questions posées, des conseils prodigués, des histoires sur papier, des rencontres littéraires et amicales : on peut dire de la master class d’Anne Robillard du 1er décembre qu’elle a été une franche réussite… tant du point de vue de l’auteur à succès que de celui des heureux participants.

Samedi, 9h. Il a beau faire très froid dehors, l’équipe du Labo, elle, est en pleine ébullition. Décoration et disposition de la salle : tout doit être parfait pour l’arrivée de la romancière québécoise et des jeunes participants. Fred Ricou des Histoires Sans Fin, venu animer la rencontre, n’est pas en reste : lumière, essais de micro…

Master class d'Anne Robillard au Labo des histoires

9h30. Arrivée des premiers apprentis romanciers : une famille venue du sud de la France, spécialement pour l’événement, et ceux qu’on nomme déjà « les habitués du Labo », Farid et Christelle. Avant que le tumulte ne commence, ces derniers, tout sourires, en profitent pour se faire interviewer par deux journalistes envoyées par Ma Chaîne Étudiante (voir leur vidéo de la master class, ici, à 8:03) .

10h. Aucun retard à signaler du côté des participants qui s’installent bien sagement en attendant l’arrivée de la star. Fans invétérés ou simples curieux, ils partagent tous la même impatience !

C’est précédée d’une cohorte de jeunes gens déguisés en chevaliers, forgerons ou reines des ténèbres – qui semblent tout droit sortis de ses livres –, que la romancière fait son entrée. Ces jeunes, qu’on nomme les « héritiers », sont des fans qui la suivent dans tous ses déplacements : effet garanti !

Sans plus attendre, elle s’installe aux côtés de Fred Ricou, face à l’assemblée. Ça y est, les choses sérieuses peuvent commencer.

Est-ce que vous auriez imaginé vous retrouver ici il y a dix ans ? Avez-vous rencontré la gloire rapidement ? Comment vous y retrouvez-vous parmi vos personnages ?

Master class Anne Robillard au Labo des histoires

Question après question, Anne Robillard dévoile son intimité d’auteur en toute simplicité. Elle n’hésite pas à revenir sur ses débuts : ce fameux rêve au cours duquel l’histoire des Chevaliers d’Émeraude est née, les éditeurs qui ne voulaient pas de son manuscrit, ses cours de littérature à l’université, sa persévérance… Elle reconnaît aussi toujours écrire un plan avant de se lancer dans la rédaction d’un opus, et lire énormément de fantasy, sa spécialité, pour tenter de renouveler perpétuellement le genre.

Un peu intimidés, certains jeunes osent quand même se lancer :

Quelles sont vos sources d’inspiration ? Comment est né votre dernier livre ?

Sans détour mais non sans humour, la romancière dévoile quelques-uns de ses secrets avant de conclure : « Le plus important, c’est de s’inspirer de tout ce qu’on voit, de tout ce qu’on lit, de tout ce qu’on goûte. »

Déjà 45 minutes qu’Anne Robillard se prête au jeu des questions-réponses. On continuerait bien la discussion pendant des heures, mais il est temps de passer à la deuxième manche. Au tour des jeunes de se retrouver sur le devant de la scène !

À la manière de leur romancière fétiche, ils ont pour mission de créer une Bible de personnages. Une sorte d’anthologie au sein de laquelle l’auteur répertorie tous ses protagonistes, leurs caractéristiques et leurs éventuels liens de parenté. En duo ou en trio, les voilà qui piochent au hasard un personnage et un trait de caractère dans le but de donner vie à un héros (si possible haut en couleur !). Très rapidement, les groupes et leurs associations se forment pour notre plus grand plaisir :

L’équipe Forgefer se voit confier un nain inquiet tandis que les Fils du sushi doivent s’occuper d’un  méchant coléreux. Pour les maîtres de l’air, ce sera un magicien intrépide. Et pour Excalibur ? Un animal qui parle sentimental. L’équipe du Grand pot-au-feu a de quoi faire avec son prince gaffeur. Et que dire des Mord-sith et de leur méchant gentil blasé ? Quant à l’équipe des anciens, la Laboteam, elle a gagné une guerrière filoute !

Master class d'Anne Robillard au Labo des histoires

En voilà un jeu d’écriture corsé ! Heureusement, pour se repérer, les auteurs débutants ont une situation et un univers de départ auxquels se raccrocher. Bienvenue dans le monde (pas si merveilleux) d’Asdiwal !

Tout commence en 4012. Le chaos général du 21 décembre 2012 a, comme chacun sait, laissé des traces indélébiles sur la planète Terre. Après l’essai de divers types de gouvernements, les humains sont revenus à un système moyenâgeux avec ses ordres de chevalerie, sans pour autant abandonner leur chère technologie. Pollution, réchauffement climatique, excès d’ondes : si ces bouleversements ont permis aux hommes et aux animaux de développer de nombreux pouvoirs, ils ont aussi rendu la vie sur Terre irrespirable. Tellement irrespirable que les grands seigneurs se sont mis d’accord pour peupler une nouvelle planète et pour fonder sur celle-ci un royaume idéal, le Royaume d’Asdiwal. Pour préparer au mieux cette émigration générale, ils ont même pris la décision d’y envoyer un vaisseau en éclaireur. Sa forme : mi-navette spatiale, mi-drakkar. Son nom : Un Nouveau Monde. À son bord : dix êtres très différents et représentatifs, chacun à leur manière, d’un caractère et d’un attribut. Le hic : durant la traversée, les tensions vont se multiplier. L’un des membres de l’expédition, personnage hautement cruel et malintentionné, va tenter de pousser les autres passagers à détourner le vaisseau. Son idée ? Bâtir un empire où le mal est roi, et ne jamais revenir sur Terre afin d’organiser ensemble le grand voyage. Autant dire qu’au sein du Nouveau Monde, différents clans vont se créer…

Anne Robillard, qui, visiblement, fait autant preuve d’imagination dans la vie que dans les romans, improvise un coaching des plus étonnants. Elle désigne, parmi sa troupe d’héritiers, ceux qui se rapprochent le plus des héros que nos jeunes ont à créer, et les envoie en mission spéciale auprès des équipes. Quoi de mieux, lorsqu’on doit donner vie à une créature, que de l’avoir en chair et en os en face de soi ?

Après de longues minutes de réflexion, d’idées de génie et de rédaction, il est l’heure de venir présenter son œuvre au public. Sous l’œil tour à tour amusé et attendri de l’écrivain, les romanciers en herbe dévoilent leurs figures fantastiques : fou rire assuré. Pas décontenancés pour un sou par les combinaisons périlleuses avec lesquelles ils ont eu à composer, ils ont tous réussi à créer un véritable personnage de fantasy.

Master class d'Anne Robillard au Labo des histoires

Les textes des participants :

+ Lydie et Camille – Le meilleur ami séducteur

Ses pouvoirs sont dans ses yeux, où l’on peut voir 4 étoiles. Il est mi humain, mi robot, d’où son nom S84 (S comme séducteur, 8 comme sa date de naissance 888, et 4 pour le nombre d’étoiles dans ses yeux). Il n’a pas de muscles mais une carrure en acier, une sorte d’armure métallique qui brille et éblouit. Il est programmé pour séduire la princesse sur le vaisseau, mais comme elle est aveugle, cela s’avère plus compliqué que prévu. En arrivant dans le nouveau royaume, il n’a plus de batterie et a perdu tout espoir de devenir un être humain.
+ Clara, 16 ans, et Flavie, 15 ans – Le méchant gentil blasé

C’est une fille qui a le pouvoir de télékinésie. C’est un garçon manqué, elle est grande et musclée, ses cheveux sont courts et ses yeux bleus. Elle va sur le vaisseau pour essayer d’échapper à la réalité, à ce monde en perdition.
+ Julie, 18 ans, et Marie-France, 18 ans – Le prince gaffeur.

Il est typé du nord, blond aux yeux bleus, fort accent nordique et légère dyslexie. Son nom : Einrick Von Kaartofele (à prononcer avec l’accent). Il met des chaussettes dans ses sandales et porte une veste bleue avec des épaulettes rouges et dorées. Il est toujours bien coiffé. Son pouvoir est une force de persuasion qui passe par la voix. Il est le fils d’un grand seigneur, et il part pour faire ses preuves, parce qu’il n’a jamais rien fait de lui-même – on lui a toujours tout donné sur un plateau.
+ Auriane, 13 ans, et Salomé, 11 ans – Le nain peureux

Son pouvoir, c’est qu’il fait peur, à tel point qu’il se fait peur à lui-même. Il a les yeux verts et rouges, translucides. Les cheveux noirs et saumon. Il s’est retrouvé sur le vaisseau parce que ses parents lui ont donné une graine qui permet de faire vivre l’arbre qui fait vivre toute la Terre. Il est un peu biologiste et se retrouve sur ce vaisseau pour apporter sa science des plantes.
+ Rawia, 18 ans, et Amira, 16 ans – L’animal qui parle sentimental

Morphine est un jeune homme sûr de lui qui veut s’imposer comme chef sur le vaisseau. Lors d’un discours qu’il veut cruel, il avale par mégarde une mouche toxique qui le rend anamorphe. Dès lors, il a le pouvoir de se transformer en plusieurs animaux. Malgré cette apparence, il essaie de trouver de la compassion auprès de l’équipage, ce qui le rend sentimental. Malgré tous ses efforts, il se retrouvera becqueté par un pélican alors qu’il est sous la forme d’une crevette.
+ Cindy, 22 ans, et Aurélie, 24 ans – Le magicien intrépide

Il est jeune, il n’a que 17 ans. Il est brun, fluet, avec des cheveux mi-longs. Il s’appelle Orion car il a une étoile tatouée sur le cou et la tête dans les étoiles. Il est orphelin et a été adopté par le magicien qui deviendra son mentor. Mais il préfère jouer avec son lance-pierre plutôt que d’aller en cours. En plus, il a des facilités, donc il n’est pas très motivé pour étudier. Il se retrouve sur le vaisseau à la place de son maître, mort juste avant, et il essaie de prendre sa place.
+ Noah, 12 ans, et Louis, 12 ans – Le méchant coléreux

Nom : Entidur. Âge : 1297 ans. Sexe : homme. Particularité : rusé, cynique, intelligent, ambitieux, égoïste, introverti. Aspect physique : c’est un elfe éternellement jeune. Il est blond, petit, discret, les yeux bleus et verts, charismatique et énergique. Il fait de l’humour noir. Il est vêtu d’une armure d’or très solide, il porte une cape en écaille de serpent et un casque d’arnitit, un métal nouveau très solide : il se tient toujours droit. Mais il a le pouvoir de se transformer en un colosse de trois mètres de haut. Il a des cornes en diamant sur la tête, un pagne en peau de bête et une hache à double tranchant en émeraude. Il ne dévoilera son message qu’à la fin de l’histoire. Il a été choisi car il fait partie de la noblesse elfe et il a combattu à de nombreuses reprises les orques. Cela faisait un mois que le vaisseau était parti et Entidur cherchait toujours le moyen d’en prendre le contrôle. Mais, depuis trois jours environ, une idée simple, mais machiavélique, s’était imposée dans son esprit retors : la zizanie. Mais encore fallait-il trouver comment la semer et ce n’était pas si simple. Il avait cependant remarqué une mésentente entre Estenterüs, le nain qui commandait l’expédition, et son second, un prince un peu gaffeur. Il décida donc de s’introduire dans la cabine du nain et de saccager la pièce avec l’arme du prince qu’il aurait dérobée au préalable. Après quoi, il laisserait l’arme sur place.
+ Christelle, 20 ans, et Farid, 23 ans – La guerrière filoute

Ce personnage s’appelle Salma. Elle est aveugle et a développé des pouvoirs qui lui permettent d’entendre de très loin et de connaître ce que ressentent les gens. Elle a aussi une épée qui lui sert d’yeux : elle lui permet de percevoir ce qui se trouve autour d’elle. Elle a été choisie pour sa beauté, pour représenter la communauté féminine, mais au fond elle est là pour se venger : un magicien, qui est aussi sur le vaisseau, lui a transmis une pierre précieuse dont elle ne peut pas se détacher, et qui l’a rendue aveugle. C’est une pierre maléfique qui la rend aussi extrêmement perverse : elle va tenter de s’allier aux plus forts, de manipuler les plus faibles pour arriver à ses fins. De façon inattendue, elle tombera amoureuse du nain, qui réussira à lui retirer la pierre et se trouvera atteint par son maléfice. Ce sera donc à Salma d’essayer de sauver le nain.

Qu’est-ce qu’on est bien, là, à écouter toutes ces histoires farfelues. Les participants sont fiers d’avoir relevé le défi, et heureux d’avoir rencontré une romancière telle qu’Anne Robillard. C’est une belle master class qui s’achève…

Une courte séance de dédicaces vient conclure cette matinée chargée en imagination : Anne s’installe à une table, sort son plus beau stylo, et appose son écriture effilée dans les livres aux couvertures colorées de ses sagas. Certains participants en profitent pour lui parler de manière plus intime. On entend même l’auteur souffler à l’oreille de l’un d’entre eux qu’« il ne faut surtout jamais se décourager ». 

Master class d'Anne Robillard au Labo des histoires

On aurait pu faire de cette phrase le mot de la fin, mais on ne résiste pas à l’envie de mettre en avant celle que l’écrivain a réservée à l’équipe du Labo : « Continuez d’aider les jeunes. C’est très important ! »

Après une matinée aussi bien remplie, chacun a pu repartir chez soi un sourire aux lèvres et des phrases plein la tête. Merci à Anne Robillard et à Fred Ricou, aux participants comme aux héritiers, pour ce très beau moment de partage littéraire. Et puis, vous qui nous lisez, ne manquez surtout pas la prochaine master class !


A propos

Chargée de projet éditorial au Labo pendant six mois. Mission : promouvoir les ateliers, stages, master class et K.O. des MOTS. Faire en sorte qu’on en parle, qu’on en parle partout et qu’on en parle en bien. En bref : écrire au sujet de l'écrit. Avant, après et à côté : journaliste culture.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoiresRT : Thanks for all the brilliant stories from all the brilliant young writers at Firhouse Community College! ✍️📚😀… ,
    • Labo des histoiresRT : Lancement cet après-midi au de la "classe expérimentale Écritures" @IMECArchives… ,
    • Labo des histoiresRT : Suite de l’histoire de science-fiction participative, par le ! Votez pour faire avancer l’histoire 👩‍🚀… ,
  • Soundcloud