À lire

Publié le 26 avril 2018 | par Labo Des Histoires

0

Cher Aimé …

Aimé Césaire (1913-2008) : « Comme le mot nègre nous était jeté comme une injure, nous l’avons ramassé et en avons fait une parure ».

À sa mort, le 17 avril 2008, le pays lui fit des funérailles nationales en Martinique, au cimetière La Joyau à Fort-de-France « J’habite une blessure sacrée / j’habite des ancêtres imaginaires / j’habite un vouloir obscur / j’habite un long silence / j’habite une soif irrémédiable » (Moi, laminaire…, 1982) peut-on lire sur sa pierre tombale. Et en 2011 une plaque à son nom est scellée dans la crypte du Panthéon parmi les Grands Hommes. Que de chemin parcouru depuis les bancs du lycée Victor-Schœlcher de Fort-de-France où il fut un brillant boursier, du lycée Louis-le-Grand à Paris puis de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (1935)… à ceux de l’Assemblée nationale (1945-1993) où il fut un orateur adulé par les uns, redouté par les autres.

Le génie de Césaire est d’avoir donné une portée universelle aux combats qu’il a menés pour l’émancipation des peuples : « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir » (Cahier d’un retour au pays natal, 1939) sans jamais séparer l’engagement politique de l’inspiration poétique.

L’homme est aujourd’hui couvert de lauriers et d’hommages. Beaucoup le citent et l’on ne compte plus les médiathèques, squares et places publiques portant son nom. Sa voix est indispensable dans un monde qui se défait sous nos yeux, lui qui voulait le « libérer de la tyrannie, de la haine et du fanatisme ».

Dix ans après sa disparition, quelle place accorder à cet homme qui usa sa vie à donner aux hommes « la force de regarder demain » ? La réponse est en partie dans les lettres vivantes, vibrantes des auteurs de ce Cher Aimé… (Editions Bernard Chauveau)

Présentation de Cher Aimé à l'OIF

Le 12 avril 2018, les auteurs ayant contribué au livre étaient réunis à l’Organisation internationale de la Francophonie, à Paris, pour la présentation publique de l’ouvrage. Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’OIF, a introduit cette soirée. Elle signe un des textes, Votre voix, Aimé Césaire, nous manque, aux côtés du poète Daniel Maximin, du footballeur Lilian Thuram ou de la journaliste Audrey Pulvar. Marc-Alexandre Oho Bambe, intervenant régulier du Labo des histoires confesse dans son Ave Césaire : « Je t’écris et te récite Césaire, tant aimé. Je te récite, souvent ».

Durant la soirée, le comédien Charles Gonzalès a lu des extraits de différentes lettres. Notamment la dernière de l’ouvrage Cher Aimé, écrite par les 3e du collège Lucien-Edmond Valard dans le cadre d’un atelier d’écriture avec le Labo des histoires Martinique.


 

En 2017, le Labo des histoires avait participé à un projet similaire avec les Editions Bernard Chauveau, dans le cadre d’un hommage à Pierre Larousse à l’occasion du bicentenaire de sa naissance.

 


A propos

Le Labo des histoires propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans. Journalisme, scénario, écriture créative, B.D., poésie, chanson... Venez vous initier aux techniques d'écriture, écrire, imaginer, raconter de nouveaux mondes, de nouvelles histoires, de nouvelles aventures !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter