À lire Cadavre exquis de l'été - chapitre 4

Publié le 14 août 2012 | par ophelie

0

Chapitre 14 par Chloé Roy

Résumé des chapitres précédents :

Julie et Tom se retrouvent seuls un matin. Ils découvrent une lettre de leur père plutôt mystérieuse : « Je vous aime, je reviendrai ».  L’enquête les mène à Moscou, accompagnés d’Andy, l’ami de leur père. Le lendemain, celui-ci les a laissés sur la Place Rouge en leur interdisant de partir mais Tom en a assez d’attendre et part explorer la place avec sa soeur. Ils sont inquiétés par des hommes en noir, heureusement, Andy arrive juste à temps ! Mais le doute survient dans l’esprit de Julie à propos d’Andy. Et elle a raison de s’inquiéter : il est du côté des hommes en noir. Alors que les enfants tentent de s’enfuir, il leur fait des révélations : leur mère est une scientifique très douée, qui a créé un virus extrêmement dangereux. Elle se l’est inoculé pour éviter qu’il ne tombe entre de mauvaises mains. Il faut la retrouver ! Andy emmène les jumeaux pour qu’ils retrouvent leur père. Ils apprennent que leur mère s’est cachée mais ils disposent de très peu d’informations pour la retrouver. Quand soudain Tom a une idée ! Sa mère s’est certainement réfugiée dans son ancien laboratoire, sur l’île d’Amalalak, à Hawaï. Ils s’y rendent tous les quatre. Une carte magnétique leur permet d’entrer dans le labo. Mais, une fois à l’intérieur; ils sont attaqués par les hommes masqués. Tom est jeté, seul, dans une cellule. Au matin, un homme amène sa mère. Elle est affaiblie par le virus et n’a plus que cinq jours pour en trouver l’antidote. Mais Tom a toujours la carte magnétique …

– 14 –

Chloé Roy, 14 ans.

 

– Oui, maman, je vais te sortir de là ! dit-il d’une voix sûre. Tu ne mourras pas dans les jours qui viennent !

La mère de Tom regardait son fils, les yeux fatigués, assise au fond de cette pièce effrayante. Elle était affalée et à chaque seconde, le virus se nourrissait un peu plus du reste d’énergie qu’elle avait… Tom la regardait aussi. Il sentit soudain une larme qui coulait le long de sa joue, d’un geste vif, il enleva celle-ci avec un revers de manche et se retourna, comme honteux de pleurer une nouvelle fois devant sa mère, il fallait qu’il se comporte en homme. La tension était palpable, pour la première fois, Tom n’était pas rassuré, il ne maîtrisait pas la situation. Malgré cette carte magnétique qui était à ses yeux la seule chance de survie de sa mère, il sentait bien que les prochaines heures de sa vie seraient décisives…

Il passa doucement la carte magnétique sur la porte, il entendit le verrou sauter. Un sourire de satisfaction éclaira son visage, puis, rapidement, il se retourna vers sa mère, la releva et en la soutenant avec attention pour ne pas lui faire mal, passa son bras au-dessus de son épaule et cahin-caha, ils commencèrent à marcher.

– Maintenant il ne faut pas traîner ! dit-il.
Ils sortirent de leur cellule et s’avancèrent dans le tunnel sombre. Chaque seconde était comptée pour sa mère, il fallait faire vite !
Après quelques mètres, il entendit les autres qui se lamentaient dans  une cellule. Très vite, il passa sa carte sur cette porte, le verrou sauta une seconde fois. Julie s’arrêta de pleurer net, son père et Andy relevèrent la tête, surpris, sans rien dire. Des bruits de pas se firent entendre. Tout le petit groupe courut le plus vite possible pour rejoindre la porte métallique qui les mènerait vers l’extérieur de l’île, dans la nature, au grand air. Ils ne perdirent pas de temps en embrassades car il fallait être rapide et discret. Les hommes masqués n’avaient pas mis longtemps à comprendre que leurs détenus avaient pris la fuite et les bruits de pas se rapprochèrent. Il fallait qu’ils sortent de là ! Andy aida Tom à porter sa mère pendant que Julie et leur père cherchaient le chemin. Ils trouvèrent enfin la porte et sortirent avec effroi car les bruit de pas s’approchaient dangereusement !

Une fois dehors, ils furent étonnés de voir un autre décor, une autre plage… Avaient-ils pris une autre porte ? Ils ne prirent pas le temps de réfléchir à cela, ils coururent vers celle-ci… Soudain, des bruits de voix glacèrent le sang de ce groupe de rescapés. Un bateau venait d’accoster, une barque remplie d’hommes masqués, sûrement des renforts… C’était leur seule chance de survie, il ne fallait pas la laisser filer…

À ce moment-là, Allan et Andy prirent les commandes, Andy posa délicatement leur mère contre un rocher et avec Allan, nagea sans un bruit vers la barque. Julie et Tom les observaient, loin derrière. Ils se rapprochèrent de la barque et la trainèrent avec discrétion vers le reste du groupe – ils n’avaient pas le temps de chercher la leur car il fallait partir le plus vite et le plus loin possible – mais un des hommes les aperçut… Un coup de feu partit. Personne ne fut touché mais le combat éclata entre les hommes masqués, Allan et Andy… Julie les regardait, elle ne bougeait pas, la peur la paralysait. Tom, lui, reprit les choses en main… Comme dans la cellule, il aida sa mère et commença à courir. Julie courut aussi… Plus les enfants se rapprochaient, plus la barque, en liberté, s’éloignait vers le large. Au dernier moment, Tom réussit à attraper la barque d’un geste ferme. Haletant, il installa sa mère qui était morte de fatigue et aida Julie à monter dans la barque. Il jeta un coup d’œil vers les deux hommes. Son père le vit et cria :

– Enfuis-toi, pars loin, sauve ta mère, prend soin de Julie, pars vite !
À contrecœur, Tom partit avec sa mère et sa sœur sur la barque, il y avait du courant, ils furent vite hors de portée…

Depuis la plage, Allan jeta un dernier coup d’œil vers son fils qui n’était maintenant qu’une petite tâche dans cet horizon bleu, et chuchota comme s’il se parlait a lui-même : « Je suis fier de toi mon fils, sois un homme, sois courageux, sauve ta mère et prends soin de ta sœur, Je t’aime. »
Vont-ils se réfugier chez un ami scientifique à Honolulu ou tenter la traversée vers Mexico ?


A propos

Chargé des relations associatives et scolaires. Mission : tisser une toile autour du Labo et faire découvrir l'écriture créative à un maximum de jeunes, même à ceux qui ne se savent pas encore écrivain. En bref : apprendre à jouer avec les mots. À côté : apprentie ethnologue et animatrice.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Back to Top ↑
  • Facebook

  • Twitter Twitter

    • Labo des histoiresRT : Un dossier pédagogique clé en main qui permet aux enseignants, éducateurs, animateurs ... d’organiser des ateliers… ,
    • Labo des histoiresDepuis 3 ans, le concours « Patrimoines en Poésie » invite les jeunes franciliens à créer en s’inspirant de lieux… ,
    • Labo des histoiresRT : • Que lisez-vous ce week-end ? 📚• Pour les journées européennes du patrimoine, que dites-vous d'une petite balade a… ,
  • Soundcloud